Actualité

Archos rachète Logic Instrument et renforce sa position sur le marché des tablettes

C’est un rachat 100% français qui est annoncé ce matin. Archos, spécialiste électronique vient de prendre le contrôle de Logic Instrument, un fabricant de tablettes professionnelles, à hauteur de 48,9%, pour un total de 3,6 millions d’euros.

Logic Instrument, coté sur Alternext, a réalisé un chiffre d’affaires d’un peu plus de 12 millions d’euros l’année dernière et permet à Archos de se développer sur le marché des entreprises: «15% des 240 millions de tablettes vendues dans le monde en 2014, le seront en entreprise», déclare Loïc Poirier, directeur général d’Archos au Figaro.

Sur le marché grand public, Archos a lancé en août une gamme de smartphones avec bientôt dix terminaux, et des téléphones à moins de 200 euros. «Nous sommes déjà dans le top 15 français», indique Loïc Poirier, qui a développé des produits en marque distributeur, comme avec Quechua (Decathlon) récemment.

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. C’est une bonne chose de voir qu’il y a des projets IT industriel en France, Archos tire habilement son épingle du jeu face aux mastodontes américains et asiatiques ! Je suis un fidèle consommateur de la marque car la qualité et l’innovation a toujours été au rendez-vous, qu’ils s’orientent vers le marché professionnel me peine un peu mais c’est logique, sur du grand public c’est plus difficile car ils ont moins de moyens qu’apple, Samsung et autres Microsoft…

Bouton retour en haut de la page
Archos rachète Logic Instrument et renforce sa position sur le marché des tablettes
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?