ActualitéActualité Start Me UpManagementStartup

La chronique start-up de Frenchweb #54 : Smoosee

Les affaires de coeur sont vieilles comme le monde et déchaînent les passions. En radio, les talk-shows dédiés à la vie sentimentale captent une audience non négligeable, pour preuve le succès des émissions de feu Macha Béranger ou celle de Brigitte Lahaie sur RMC. En TV, l’Amour est dans le Pré d’M6 ou le Bachelor sur le canal TNT affichent des cartons d’audience, et sur le web, il y a belle lurette que les forums – Doctissimo et AuFéminin en tête – draine un fort trafic par les topics  » couple, « amour » etc…

Vignette BFM

De ce constat est née l’idée de Smoosee, le premier réseau social dédié à l’intimité, sur lequel on peut poster son histoire, ou sa problématique sentimentale. Une  communauté de membres est alors invitée à commenter, voire apporter une solution. Une modération est amenée par une équipe de coach-psychologues.

Smoosee est lancé par le blogueur Borey Sok, par ailleurs consultant en nouvelles technologies, et spécialiste de la musique 2.0. Il a notamment accompagné le lancement de la plateforme MyMajorCompany. Il vient de nouer sur ce projet de première start-up deux partenariats radio via des chroniques régulières : Voltage (Paris) et Vibration (province). On like…

[jwplayer mediaid= »98343″]
Retrouvez tous les podcasts de l’émission sur le site de l’Atelier Numérique et sur BFM Business

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
La chronique start-up de Frenchweb #54 : Smoosee
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?