ActualitéMarketing & CommunicationMedia

[Parité] aufeminin.com lance le premier baromètre des twitteuses à suivre

Pourquoi les femmes ne représentent-elles qu’un tiers des utilisateurs français de Twitter alors que la parité règne en ce domaine aux Etats-Unis ?

Le groupe aufeminin.com décide de se poser la question et de faire évoluer ce pourcentage en lançant le premier baromètre des twitteuses à suivre dans différentes thématiques : tendances, food, social media, geekettes, politique, entrepreneuses, journalistes… Des tops établis sur le base de nombreux indicateurs tels que le nombre de followers, l’influence Klout, l’intérêt et la fréquence des tweets, l’interactivité, la réactivité… Un nouveau classement, un de plus diront certains, qui a le mérite d’ouvrir le débat sur la sous-représentativité des femmes françaises.

Marie-Laure Sauty De Chalon, PDG de aufeminin.com tente quelques éléments d’explication : les femmes françaises ne seraient pas à l’aise avec le caractère austère de Twitter, son style télégraphique et l’esprit de compétition qui transpire du réseau dans la quête de followers. Aux Etats-Unis pourtant, 8 des comptes les plus suivis sont tenus par des femmes. Elle en conclut donc qu’il y a en France un véritable travail d’évangélisation à mener et des enquêtes à mettre en place pour valider les raisons réelles de ce manque d’intérêt des femmes.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Parité] aufeminin.com lance le premier baromètre des twitteuses à suivre
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État
Live shopping: qui est Whatnot, la nouvelle licorne californienne financée par Google, a16z et Y Combinator?
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence