ActualitéArts et CultureBusinessFW BusinessTechTV

Bandsintown veut connecter les fans de musique et les artistes au-delà des États-Unis

Basée à New-York, Bandsintown est une plateforme ainsi qu’une application dédiée aux artistes et à la découverte de concerts. Elle envoie ainsi 1 à 2 millions de personnes par mois en concert, revendique 42 millions d’inscrits et 450 000 artistes connectés. L’entreprise souhaite poursuivre son développement outre-Atlantique, notamment en France.

« Bandsintown est une plateforme qui permet aux artistes de mieux se connecter avec leurs ‘super fans’, ceux qui vont aux concerts. Nous leur fournissons une plateforme gratuite, une interface, qui leur permet de publier leurs dates de tournée, de communiquer directement avec leurs millions de fans, de changer ou annuler les dates. Ils ont aussi de nombreux outils pour afficher ces dates sur leur page Facebook, leur site Web… », décrit Fabrice Sergent, co-fondateur et CEO.

France, Angleterre, Allemagne…

L’offre de Bandsintown repose aussi sur son algorithme de big data qui lui permet de faire des recommandations aux utilisateurs en fonction de leurs goûts. « C’est une grande partie de la valeur de Bandsintown », explique Fabrice Sergent. Côté monétisation, l’entreprise tire ses revenus à partir de la vente de places de concert, de la publicité et des annonceurs captifs à l’instar des labels. Fabrice Sergent insiste également sur le fait que la plateforme a aussi pour vocation d’aider des petits artistes à émerger, « tous ceux qui se battent, qui sont finalement un peu comme des entrepreneurs ». D’ailleurs, « 50 % des abonnés vont à des shows d’artistes dont ils n’avaient jamais entendus parler avant », explique-t-il.

En ce qui concerne le développement de Bandsintown, « la prochaine étape est de grandir plus vite, plus fort en dehors des États-Unis », explique Fabrice Sergent. Sur les 42 millions d’inscrits 3/4 sont en Amérique du Nord. L’Hexagone compte 1 million d’utilisateurs et 10 000 artistes connectés, l’Angleterre 3 millions et l’Allemagne 1 million. « Nous avons ouvert un bureau à Paris. Nous avons également une présence à Londres et en Allemagne pour croître et créer des liens avec la communauté artistique ainsi que les bons médias pour développer Bandsintown plus localement ».

Retrouvez l’interview complète de Fabrice Sergent, co-fondateur et CEO de Bandsintown :

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRH Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction@frenchweb.fr

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This