Actualité

Facebook dément avoir censuré un site parodique belge

avec l'AFP

Le réseau social Facebook a démenti dimanche avoir cherché à bloquer la diffusion de contenus du site parodique belge Nordpresse sur l’affaire Benalla, invoquant des « problèmes techniques » pour expliquer des difficultés d’internautes à partager ces contenus.

« Les contenus » de Nordpresse « sont autorisés sur Facebook« , a indiqué le réseau social dans un communiqué diffusé dimanche en fin d’après-midi. En revanche, « nous avons identifié un problème technique empêchant l’affichage d’un aperçu » lorsque les internautes cherchaient à partager un lien sur le site de Nordpresse, a ajouté le réseau social. Ce problème « est en train d’être réparé, et nous nous excusons pour la gêne occasionnée ».

« Ce sont des problèmes techniques qui ne sont pas liés au contenu » des articles, a insisté le réseau social dans son communiqué.  Nordpresse avait indiqué dimanche matin sur sa page Facebook avoir reçu « des centaines de messages de gens qui ont vu leurs partages d’articles Nordpresse supprimés de Facebook« . Le site affirmait qu’il avait été mis « sur une liste noire » pour ses articles satiriques sur l’affaire Benalla. Dimanche en fin d’après-midi, Nordpresse indiquait que la situation était revenu à la normale. « C’est rétabli, nos publications sont revenues », a indiqué Nordpresse.

Bouton retour en haut de la page
Facebook dément avoir censuré un site parodique belge
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
[Build Up] Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe