ActualitéAmérique du nordTech

Bientôt un comité indépendant de protection de la vie privée chez Facebook?

Comme les autres géants de la Tech américaine, Facebook a échoué à prouver qu’il peut s’autoréguler en matière de protection de la vie privée de ses utilisateurs. Désormais, l’entreprise de Mark Zuckerberg et la Federal Trade Commission (FTC), agence fédérale de régulation du commerce aux Etats-Unis, discutent de la mise en place d’un comité indépendant de protection de la vie privée des utilisateurs du réseau social, selon des informations de Politico. Cette décision impliquerait la nomination d’un contrôleur indépendant, désigné par la FTC et le comité de contrôle. Il serait dédié au respect de la vie privée au sein de l’entreprise de Menlo Park. Le comité devrait également inclure des membres du conseil d’administration de Facebook.

M. Zuckerberg occupe déjà les fonctions de président et CEO de Facebook. Il pourrait aujourd’hui prendre, en plus, celle de responsable désigné de la conformité chargé de déployer la politique de protection des données personnelles des utilisateurs. Il deviendrait personnellement responsable de toute question liée à la gestion de la vie privée par l’entreprise aux 2,38 milliards d’utilisateurs mensuels actifs.

Un impact plus important que l’amende de trois à cinq milliards de dollars

Ces décisions, avec une influence directe sur la direction et le modèle économique de l’entreprise, pourraient avoir un impact bien plus important que l’amende de trois à cinq milliards de dollars que Facebook s’attend à payer aux Etats-Unis pour sa gestion très controversée des données personnelles. L’annonce de cette amende n’avait pas ému Wall Street: le réseau social a affiché 2,43 milliards de dollars de bénéfice net rien qu’au premier trimestre 2019 et 22,1 milliards de dollars sur l’année 2018.

La sanction financière viendrait punir le groupe pour avoir enfreint un accord datant de 2011. Aux termes de celui-ci, il s’engageait au respect des données personnelles et à la transparence quant à leur utilisation à des fins publicitaires. La FTC avait ouvert une enquête après l’éclatement en mars 2018 du scandale des fuites de données vers Cambridge Analytica. « Nous estimons que la fourchette de perte dans ce dossier se situe entre 3 et 5 milliards de dollars. Le dossier reste en cours et il n’y a aucune certitude quant à la date et aux termes définitifs », avait précisé le réseau social la semaine dernière. Un accord négocié, pratique courante aux Etats-Unis, permet d’éviter un procès, potentiellement fort dommageable pour la société.

Pas de pouvoir de restriction

Dans le cadre des négociations, la FTC pourra disposer d’un droit de veto sur le choix du contrôleur officiel dédié à la protection de la vie privée des utilisateurs. Le comité se réunira en outre tous les trimestres et publiera des rapports périodiques sur la gestion des données personnelles par l’entreprise, selon Politico. La FTC n’aura toutefois pas de pouvoir de restriction sur la politique de gestion des données personnelles du réseau social. Les discussions, qui pourront influencer les négociations futures entre les pouvoirs et les Gafa aux Etats-Unis, n’évoqueraient pas non plus le retrait de Mark Zuckerberg de sa fonction chairman de Facebook.

Le CEO du groupe avait promis en mars un virage fondamental de son entreprise vers un plus grand respect de la vie privée. Il promettait de faire du réseau social un lieu d’échanges plus privé et plus protecteur des données personnelles. Une manière d’essayer d’échapper à la vindicte populaire qui avait toutefois suscité un certain scepticisme, le modèle économique de Facebook dépendant largement de la montagne de données générée par ses utilisateurs.

Aujourd’hui, les effets de la gestion négligée par Facebook des données de ses utilisateurs ces dernières se font encore sentir. Trois nouvelles enquêtes ont été ouvertes en un jour à l’encontre de Facebook, en Irlande, au Canada et aux Etats-Unis. Elles ciblent la gestion par le réseau social des données personnelles de ses utilisateurs.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This