AcquisitionActualitéDistributionStartupTech

Bigcommerce rachète Zing et part à la conquête des magasins physiques

A l’oirigine 100% pure player, Bigcommerce fait désormais le pari de l’omnicanal. La société américaine qui édite une plateforme dédiée à la création de sites d’e-commerce vient de mettre la main sur Zing.co, une start-up qui développe des solutions pour les points de vente physiques. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué, mais à l’issue de l’opération, l’ensemble de l’équipe de Zing.co rejoint Bigcommerce.

Stratégie omnicanale

Basée à Austin, dans le Texas, Zing.co propose aux magasins physiques de mieux gérer leurs inventaires, d’obtenir des rapports détaillés sur les ventes, d’enregistrer les consommateurs et d’obtenir des statistiques sur leurs comportements d’achat, notamment pour mieux mettre en place des systèmes de fidélité. Entièrement en cloud, son logiciel fournit une photographie en temps réel de l’activité d’un ou plusieurs magasins physiques, et s’intègre avec d’autres plateformes d’e-commerce. Le gérant d’une enseigne peut également être alerté par des notifications sur mobile en cas de problèmes à venir (inventaires en baisse, anticipation d’un stock indisponible…). En France, des start-up comme Tiller System se positionnent plus ou moins sur le même segment.

Avec cette nouvelle acquisition, Bigcommerce affirme vouloir accélérer ses partenariats avec les fournisseurs de solutions pour les points de vente comme Square, Lightspeed ou NCR Silver, et… se renforcer sur l’e-commerce omnicanal. En effet, sur les 85 000 clients de Bigcommerce, 30% disposeraient également de points de vente en brique et mortier. Une stratégie Internet-points de vente physiques qui séduit par ailleurs de nombreux grands acteurs. En février dernier, la presse américaine évoquait l’intérêt d’Amazon pour un éventuel rachat de RadioShack, un réseau de boutiques spécialisées dans les produits électroniques. En France, la Fnac a réalisé 35% de ses ventes en 2014 en omnicanal.

5 milliards de dollars de ventes gérées

« L’industrie a atteint un point d’inflexion tel que les détaillants, quelles que soit leurs tailles, veulent livrer de nouvelles expériences, comme le retrait en magasin ou l’expédition d’un colis depuis un magasin, sans avoir a géré la complexité que requièrent plusieurs outils en back-office », déclare Eddie Machaalani, cofondateur et PDG de Bigcommerce.

Fondé en 2009, Bigcommerce a levé plus de 125 millions de dollars depuis son lancement, principalement auprès de SoftBank Capital, American Express, Telstra Ventures, General Catalyst, Revolution Growth et Floodgate. Disposant de bureaux à San Francisco, Austin et à Sydney, l’entreprise dessert aujourd’hui plus de 150 pays dans le monde et compte plus de 370 employés. Elle revendique 5 milliards de dollars de volume de ventes gérées avec ses solutions. Pour se renforcer en Asie, la société a récemment noué un partenariat avec Alibaba, le géant chinois de l’e-commerce, pour aider ses clients à accéder au réseau de fournisseurs du géant chinois de l’e-commerce.

  • Frenchweb Day Commerce le 17 juin prochain
Avez-vous dépensé plus de 1600 euros d’achats en ligne l’année dernière ? Si oui, vous êtes au-delà de la moyenne des acheteurs, et c’est donc que vous avez succombé aux stratagèmes méconnus des e-commerçants. Le e-commerce français pèse 57 milliards d’euros, répartis sur plus de 150 000 sites* et sur les mobiles, les véritables témoins des usages de demain. (*Fevad, 2014)
Tous auront l’occasion d’illustrer cette nouvelle ère, à l’occasion du  Frenchweb Day Commerce, le rendez-vous des acteurs de l'eCommerce.

Pour participer à ces rencontres ;

Bouton2

Crédit photo: Bigcommerce.
Tags
atelier-platform

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This