AcquisitionActualitéTransport

Blablacar trouve enfin son modèle économique en Russie

Mis à jour à 9h30

La plateforme de covoiturage Blablacar vient d’annoncer l’acquisition de Busfor, une startup d’achat de tickets de bus en Russie.

Créée en 2011 en Ukraine par Artem Altukhov et Ilya Ekushevskiy, Busfor est aujourd’hui une société polonaise qui adresse principalement les marchés russe, ukrainien, géorgien et biélorusse. Busfor (initialement Gillbus) a développé un réseau de plus de 700 sociétés de transport collectif, et devrait vendre en 2019 près de 10 millions de tickets en ligne. Le ticket moyen en Russie est d’environ 20 euros sur lequel Busfor prélève une commission de 15%. Le marché russe du transport collectif en bus est estimé à 9 milliards d’euros. Sa digitalisation n’en est qu’au tout début, seuls 2 à 3% des tickets de bus sont aujourd’hui achetés en ligne, et pourrait rapidement atteindre les 10% du marché au regard du développement des usages en Russie.

Busfor a reçu plus de 30 millions d’euros de financement, principalement des fonds Baring Vostok Capital Partners et Elbrus Capital. La société a été financée à son démarrage par Intel Capital, InVenture Partners et FinSight en 2014, puis Chernovetskyi Investment Group (CIG) en 2015.

Busfor est l’acquisition la plus importante de l’histoire de Blablacar

Pour la licorne française, ce rachat constitue une opportunité de développer enfin commercialement ses activités en Russie, où Blablacar compte plus de 20 millions de membres mais n’en tirait jusque-là aucun revenu, le paiement des trajets s’effectuant en cash entre chauffeurs et passagers, et échappant à toute commission.

C’est aussi un modèle que Blablacar pourrait étendre aux autres pays d’Europe en déplacant son business sur le ticketing de bus tout en s’appuyant sur sa communauté d’utilisateurs de covoiturage. Ainsi Blablacar a fait l’acquisition de Ouibus fin 2018, cédé par la SNCF qui en a profité pour monter au capital de la startup.

Blablacar revendique une communauté de plus de 80 millions de membres dans 22 pays. Pour 2018, la startup française revendique plus de 50 millions de passagers, et enregistre une croissance de 40% de son activité par rapport à 2017, après avoir connu des années compliquées en raison de son hypercroissance. Blablacar, qui a annoncé avoir atteint la rentabilité pour la première fois en septembre 2018 après douze ans d’existence, diversifie donc ses activités.

Depuis sa création la société fondée par Fréderic Mazzella, Nicolas Brusson et Francis Nappez a reçu plus de 407 millions d’euros d’investissements. Soutenu dès sa création par le fonds d’investissement Isai (Ouriel Ohayon avait initié le deal), Blablacar compte aujourd’hui de nombreux fonds d’investissement comme Accel Partners, Index Ventures, ou Baring Vostok Capital Partners.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Un commentaire

  1. ok, c’est sympa cette information, vu que je projette en mai 2020 de faire un voyage en Russie et que ce système de covoiturage pour relier Moscou à différents endroits sera bien utile. Merci.

Blablacar trouve enfin son modèle économique en Russie
La Silicon Valley, tu passes ou tu t’en passes? 1/2
La startup R-Pur lève 2,5 millions d’euros pour ses masques anti-pollution
[PORTRAIT] Baptiste Robert, le hacker traqueur de failles à la renommée internationale
[Made in Switzerland] La Suisse à Slush 2019
Les offres d’emploi de la semaine
Huawei porte plainte contre sa mise à l’écart de subventions fédérales aux Etats-Unis
Copy link