ActualitéFinTech

[Bon App’] Bankin’, tous vos comptes à portée de main!

Chaque jour à 13h00, une nouvelle application dans votre assiette.

bankin'

Bankin’ est une application pour consulter ses comptes bancaires sur mobile.

OS : iOS et Android, BlackBerry d’ici peu

Cible : B2C/ B2B

Note : 4,5 (pour la B2B)

Site : bankin.com

Interview avec l’un des concepteurs de l’application, Joan Burkovic :

 À quelle promesse répond votre application?

Joan Burkovic : Elle vise à aider les entreprises à mieux gérer leur argent. Avec Bankin, l’utilisateur synchronise tous ses comptes bancaires, et en un clic, voit tout de suite d’où vient et où part son argent, car on identifie toutes les transactions. Cela donne une visibilité immédiate sur les dernières transactions qui ont été réalisées.

En temps normal, pour cela, il faut attendre le reporting du comptable, il y en a pour un mois.

Quelles sont les fonctionnalités dont vous êtes la plus fière?

Joan Burkovic : La catégorisation automatique des transactions : on les identifie et on les classe toutes via des onglets, « notes de frais » ou « RH » par exemple. Cela permet au client de voir tous ses postes de dépenses d’un coup et en temps réel. Il pourra très bientôt personnaliser ces catégories comme il le souhaite. Par ailleurs, un système d’alerte par mail — paramétrable également — l’avertit de tout mouvement sur son compte bancaire.

Côté-coulisse, comment a été prise la décision de la créer?

Joan Burkovic : Nous avons lancé une application B2C en octobre 2011. Depuis, nous avons eu 800 000 téléchargements. Pendant tout ce temps, les clients nous disaient « je suis chef d’entreprise, il me faut ce produit  pour ma boîte », alors on s’est lancés.

Quel a été le processus de développement interne/externe?

Joan Burkovic : On a tout fait en interne. Comme beaucoup des fonctionnalités de l’appli étaient déjà existantes sur l’appli B2C, on a fait que les décliner. Pour savoir lesquelles choisir, on a posé des questions à nos clients, on a fait des sondages, des focus groupes, et des test dans notre lab… Au final, ça nous aura pris deux ou trois mois.

Quel est le budget que vous avez consacré à son développement?

Joan Burkovic : Quelques dizaines de milliers d’euros.

Comment comptez-vous la faire connaître?

Joan Burkovic : On compte beaucoup sur le bouche à oreilles dans un premier temps. Ensuite on réfléchira à du marketing ciblé sur le web, et à des événements.

Quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés et quelles sont les performances aujourd’hui réalisées?

Joan Burkovic : Pour l’instant, sur les 800 000 téléchargements de l’appli, il est difficile de savoir exactement combien ont choisi l’option B2B. D’ici la fin de l’année, on espère 10 000 téléchargements. On veut aussi sortir trois versions avec de nouvelles fonctionnalités d’ici 2014.

[toggle_item title = »Vous recrutez? »] Pour publier une offre d’emploi, cliquez ici

pour publier une offre de stage, cliquez ici[/toggle_item]

Chaque jour, Frenchweb, en partenariat avec Stardust, spécialiste du test d’applications mobiles, vous présente une application mobile. Soumettez vous aussi la vôtre !

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

2 commentaires

  1. Je viens de le réinstaller pour voir et ça a beaucoup évolué ! Je vais tester ça ;)

  2. Bonne idée de passer aux entreprises.
    Par contre la concurrence est rude! Sush.io ne fait pas que les banques mais aussi tous les autres fournisseurs par exemple.

[Bon App’] Bankin’, tous vos comptes à portée de main!
La startup franco-américaine Fieldwire, spécialiste de la gestion de chantier, lève 33,5 millions de dollars
Groupe ADP, Sephora, A.D Environnement : focus sur les offres d’emploi du jour
La Nouvelle-Calédonie, seule terre d’Outre-mer lauréate des « Territoires d’innovation »
WeWork va « probablement repousser » son introduction en Bourse à octobre
Rendre les drones plus sûrs, un impératif pour toute l’industrie
[DECODE] Quand l’Institut Montaigne sert la communication de Deliveroo et Uber…
Copy link