ActualitéMarketing & CommunicationMedia

Brief me, le Flipboard à la française

La start-up Webwag vient de lancer « Brief me », un nouveau lecteur de médias et de réseaux sociaux.

L’application permet de récupérer les flux auxquels vous êtes abonné (Facebook, Twitter, Google Redear) afin de les mouliner pour les présenter sur une interface cohérente et unifiée. Une recherche Google permet à l’utilisateur d’ajouter instantanément n’importe quelle source.

Brief me s’apparente donc largement au service proposé par Flipboard. Toutefois, selon ses co-fondateurs quelques différences notoires sont à relever:

  • « Brief me est disponible sur tablettes et smartphones, contrairement à Flipboard qui n’existe actuellement que sur iPad.
  • Nous abordons l’information sous forme thématique, le lecteur peut donc, par exemple, créer un sujet « Mobile » et recevoir l’information qui y correspond.
  • Notre API est totalement ouverte, ce qui permet à tous de créer un plugin – un service de contenus – avec son propre design et ses fonctionnalités.
  • Enfin, nous sommes français et nous proposons donc de l’information en Français. Nous avons d’ailleurs passé, dans ce cadre, des accords avec plus de 20 fournisseurs de contenus. Ces partenariats devraient s’étendre à l’international dans les semaines à venir. »

8 commentaires

  1. la moindre des choses aurait été de proposer une version française du site, si on se vante d’être un opérateur français.

  2. Moi je dis bravo à toute l’équipe c’est un vrai bon boulot et pourquoi pas un version kindle ?

Bouton retour en haut de la page
Brief me, le Flipboard à la française
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom
6 questions pour comprendre l’organisation des élections du CSE
VTC : le Singapourien Grab entre à Wall Street, valorisé à près de 37 milliards de dollars
Chatbots : passons de l’intelligence artificielle à l’efficacité bien réelle
Qairn la startup qui veut simplifier le marketing dans les secteurs réglementés
Match va verser 441 millions de dollars aux fondateurs de Tinder pour solder un contentieux