BusinessStartup

Le capital-risque français a investi 226 millions d’euros dans l’internet et le e-commerce en 2010

Selon l’Indicateur Chausson Finance qui recense les investissements réalisés par les sociétés de capital-risque françaises, en 2010 le record historique de 2008 été battu, avec 1,05 milliard d’euros investis (1,03 en  2008)

677 sociétés ont été financées en 2010 pour un montant moyen de 1.3 M €. Les FIP et FCPI restent les investisseurs les plus actifs : sur les 50 sociétés de gestion ayant investi ce semestre, les 21 qui gèrent des FIP et FCPI ont investi 62,5% des montants du semestre.

Le secteur de la Santé reste n°1. Il est suivi par l’Internet et e-commerce dont la part passe de 23% à 20% et baisse également en valeur sur 6 mois, passant de 117 M€ au premier semestre 2010 à 109 M€ au second. Les secteurs Logiciels et Cleantech se partagent la troisième place de ce classement.

Sur le second semestre 2010, le seed (financement d’amorçage) atteint 35 M€ investis. Les premiers tours se sont stabilisés à leur niveau du semestre précédent avec 114 M€ investis soit 1,8% de plus qu’au premier semestre et 73% de plus qu’au deuxième semestre 2009. Les deuxièmes tours et suivants ont continué de représenter la très grande majorité des capitaux investis, 383 M€, soit 72% des investissements totaux.

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le capital-risque français a investi 226 millions d’euros dans l’internet et le e-commerce en 2010
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?