ActualitéBusinessTechTransport

Carlos Ghosn (Renault-Nissan-Mitsubishi) ne voit pas Google comme une menace

Avec l'AFP

Carlos Ghosn, PDG de l’alliance franco-japonaise Renault-Nissan-Mitsubishi, a affirmé lundi qu’il ne voyait pas son nouveau partenaire Google comme une menace pour le contrôle des données des futurs véhicules connectés. «Je ne vois pas un partenaire comme une menace», a déclaré le PDG de l’alliance, qui revendique le premier rang mondial des constructeurs automobiles avec plus de 10,6 millions de véhicules vendus en 2017.

Renault-Nissan-Mitsubishi a annoncé en septembre la signature d’un accord mondial avec Google pour équiper ses futurs véhicules de logiciels innovants. Le contrat prévoit que l’alliance utilise le système Android pour offrir de nouveaux services à bord des voitures.

Les GAFA, alliés ou ennemis des constructeurs automobiles ?

Ce partenariat a nourri des doutes ou des critiques sur le risque de faire entrer un géant de la technologie dans l’industrie automobile. «Nous avons conclu cet accord après une longue négociation. Nous n’avons pas l’intention de perdre le contrôle sur nos produits. Nous gardons le contrôle», a déclaré Carlos Ghosn lors d’une conférence à Paris à la veille de la première journée presse du Mondial de l’Automobile.

«Nous sommes très prudents», a assuré le patron de l’alliance franco-japonaise, mais «nous savons que nous ne pouvons pas faire seuls les voitures autonomes et connectées. Nous allons avoir besoin de partenaires. Nous verrons plus de coopérations comme celle-ci», a-t-il dit. Il a souligné le rôle central que continueront de jouer, selon lui, les constructeurs automobiles, malgré l’arrivée de nouveaux entrants venus du secteur des technologies dans les voitures du futur. «Nous sommes les architectes et les assembleurs des technologies pour le bénéfice de l’utilisateur», a-t-il déclaré.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Et pourtant….
    Google n’est pas Valéo ou Bosch qui gagnent leur vie en vendant des équipements. Google donne des produits en échange de données pour ensuite …. valoriser ces données. Et prendre un contrôle global, dans lequel la voiture n’est qu’une brique.

    Il est possible que CG aie raison, que Renault ne soit pas mangé. Mais Google a un motif à l’action plus grand… pas forcément dans l’interet général…

Share This