Actualité

Ce qu’on ne vous a pas dit: des utilisateurs Snapchat hackés par un smoothie de mauvais goût ? Les vidéos de Matt Cutts analysées…

Digest des informations que la rédaction de Frenchweb n’a pas eu le temps de traiter.

snapchatNous vous en parlions par Twitter dès 10h30 ce matin pour vous prévenir : un smoothie est parti à l’attaque des utilisateurs de Snapchat. Plus sérieusement, un journaliste de Wired a révélé l’existence d’un spam sur Snapchat après que plusieurs de ses amis l’ait appelé pour lui demander s’il leur avait envoyé des snaps de smoothies les invitant à se rendre à une adresse URL. D’autres internautes auraient signalé ce problème sur Twitter.

Contacté par le site, Snapchat aurait déclaré qu’il n’y avait pas de preuve pour parler d’une attaque. « Cela est souvent le cas lorsque quelqu’un a votre adresse e-mail et mot de passe » aurait déclaré un porte-parole de l’entreprise. Un smoothie au goût amer…

 

Le blogueur Matt Cutts à la tête de la division Webspam de Google est très suivi par la communauté web, notamment pour ses annonces sur le référencement, des annonces souvent réalisées en format vidéo. Le site Click2rank a analysé chacune d’elles et regroupé sous forme d’infographie les éléments essentiels de sa communication.

mattcuttsinfographic

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Ce qu’on ne vous a pas dit: des utilisateurs Snapchat hackés par un smoothie de mauvais goût ? Les vidéos de Matt Cutts analysées…
ManoMano, miroir de l’ascension de la French Tech
Jeux vidéo: à l’ère du mobile et du jeu en ligne, comment Microsoft veut conquérir les plus jeunes?
Face à Canva, Vistaprint réalise deux acquisitions et change de nom
Innover comme une DNVB : les clés de la réussite
Tilak Healthcare lève 7 millions d’euros pour mettre les jeux vidéo au service de la santé visuelle
Self-stockage: YouStock lève 3,7 millions d’euros auprès d’Amavi Capital