ActualitéBusinessHealthcare

Comment Amazon pose ses pions dans le secteur de l’e-santé

Amazon continue d’accélérer dans l’e-santé. Cette fois-ci, le géant américain entre de plein pied dans le marché de l’analyse des données médicales en annonçant le lancement d’un nouveau service: Amazon Comprehend Medical.

De quoi s’agit-il exactement? Comprehend Medical utilise le machine learning et l’analyse de texte pour extraire les données clés des dossiers médicaux des patients. Le géant américain vise les prestataires de soins de santé, les chercheurs, les essais cliniques, les assureurs ou encore le secteur pharmaceutique, afin de les aider à la prise de décisions.

«Ce n’est pas une avancée au sens d’une rupture technologique»

Le logiciel est ainsi capable à partir de sources hétéroclites comme des notes médicales, des ordonnances, des transcriptions d’interviews audio ou encore des rapports de pathologie et de radiologie, d’identifier les informations concernant les diagnostics, les traitements, les doses ou encore les symptômes et de les organiser. «Aujourd’hui, l’identification de ces informations est un processus manuel et fastidieux qui nécessite soit la saisie de données par des experts médicaux hautement qualifiés, soit des équipes de développeurs écrivant un code personnalisé et des règles permettant d’extraire automatiquement les informations», explique l’entreprise américaine. Avec son service, les utilisateurs devront télécharger et numériser les documents puis laisser le logiciel s’occuper d’organiser les différentes informations.

Mais quel est vraiment l’impact à prévoir de ce service sur le marché? «Ce n’est pas une avancée au sens d’une rupture technologique », commente Jérôme Leleu, président d’Interaction Healthcare, agence digitale spécialisée dans le secteur de la santé. «En revanche, Amazon confirme sa stratégie dans le domaine de l’e-santé et surtout que la data est au cœur de celle-ci», poursuit ce dernier. À cela s’ajoute la puissance de frappe du géant américain. «Amazon est aussi présent dans les objets connectés, dans le cloud… Il s’agit d’un acteur tellement important au niveau technologique qu’il peut mettre en place une approche systémique qui va lui permettre d’avoir toutes les briques essentielles dans le domaine de l’e-santé. Peut-être qu’il ne s’agit-là que de la partie visible de l’iceberg et qu’ils ont une vision beaucoup plus tentaculaire, plus forte».

En effet, la firme de Seattle a récemment placé plusieurs pions dans le domaine de l’e-santé. Elle a par exemple déboursé près d’un milliard de dollars pour mettre la main sur la pharmacie en ligne PillPack ou a encore noué un partenariat avec Berkshire Hathaway, la société d’investissement du milliardaire Warren Buffett, et la banque américaine JPMorgan Chase afin de développer une offre pour améliorer les soins de santé des employés. Ce qui pose aussi des questions éthiques si Amazon se met à faire des incursions dans les différents segments de la santé. Par exemple, avec PillPack l’entreprise entre dans le domaine de la pharmacie mais via son nouveau service elle met aussi un pied dans le champ des prescriptions. Comprehend Medical devant aider les services de santé à prendre leurs décisions, notamment dans ce domaine.

D’autant plus qu’Amazon est loin d’être le seul GAFAM à s’être lancé dans la course à la santé. D’autres accélèrent dans le domaine. Apple a par exemple lancé en mars son API « Cloud Healthcare » pour répondre aux défis de l’interopérabilité, quand Google vient de procéder au recrutement de David Feinberg, ancien CEO de Geisinger Health, pour définir une stratégie dans ce secteur.

Sécurité et protection des données

Comprehend Medical pose aussi naturellement des questions en ce qui concerne la sécurité et la protection des données. Amazon se veut rassurant sur ce point et met notamment deux arguments en avant: le service respecte la norme HIPAA (Health Insurance Portability and Accountability Act) qui doit notamment assurer la protection de la confidentialité et de la sécurité des informations relatives aux soins de santé, et il ne stocke aucune des données traitées. Amazon affirme également que les données ne sont pas exploitées pour l’apprentissage des algorithmes. «C’est un sujet qui dépasse le domaine de la santé », rappelle Jérôme Leleu. « Il s’agit du niveau de confiance que l’on peut accorder au GAFAM».

«Cela étant dit, je pense que le but d’Amazon n’est pas de détenir les données de chaque patient mais de les agréger afin de pouvoir faire tourner son modèle et de l’améliorer. Il y a également deux visions qui s’opposent entre les États-Unis et parfois l’Europe », poursuit Jérôme Leleu. Outre-Atlantique, les patients pourraient être plus ouverts à l’utilisation de ce type de services, en se disant qu’ils participent à améliorer la prise en charge des pathologies. En revanche, dans d’autres régions du monde, il peut davantage y avoir une volonté de bien contrôler ce qui va être exploité. De son côté en tout cas, Amazon voit déjà plus loin: « En fin de compte, cette richesse d’informations pourrait peut-être un jour aider les patients à gérer leur propre santé, notamment la gestion des médicaments, la planification proactive des visites de soins ou leur donner le pouvoir de prendre des décisions éclairées concernant leur santé et leur admissibilité« .

Pour l’instant, le service est déjà utilisé par Roche Diagnostics, spécialisé dans les tests et solutions de diagnostic et par le centre de recherche sur le cancer Fred Hutchison à Seattle. Dans le cas du centre de recherche, il s’agit d’aider à identifier les patients pour les essais cliniques, susceptibles de bénéficier de traitements spécifiques contre le cancer. En ce qui concerne Roche Diagnostics, l’entreprise explique que la solution « fournit les fonctionnalités nécessaires pour nous aider à extraire et à structurer rapidement les informations des documents médicaux, de manière à ce que nous puissions créer une vue globale et longitudinale des patients, et activer à la fois l’aide à la décision et l’analyse de population.« 

Tags
Plus d'infos

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRH Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction@frenchweb.fr

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer