A la uneEuropeParisRetail & eCommerce

Comment le Club Med veut faire sa mue dans le numérique

Il y a quelques mois, le Club Med se lançait sur Facebook Canvas, l'un des nouveaux formats publicitaires dits « immersifs » du réseau social, qui permet aux marques de raconter leurs « stories » en plein écran sur mobile. Une expérimentation de plus pour le groupe de tourisme qui tente de s'adapter aux nouveaux usages pour attirer les clients. Notamment dans un secteur chahuté par l'arrivée de nouveaux acteurs comme Airbnb qui – même si la plateforme ne propose pas la même expérience que dans les « villages » – réalise des campagnes de communication bien rodées avec un fort pouvoir d'attraction.

Au-delà du marketing, le groupe Club Med, qui revendique un chiffre d'affaires de près de 1,5 milliard d'euros en 2015, a donc multiplié les initiatives dans le numérique. « Nous avons choisi deux batailles », explique à Frenchweb Anne Browaeys-Level, directrice générale marketing et digital. « La première, c'est d'être pionnier dans l'expérience en Village. La seconde, c'est d'être smart follower sur tout le reste, sur tout ce que l'on va faire avant les vacances au Club Med et après ».

20% du CA issus des réservations en ligne

Plusieurs services Web et mobiles ont ainsi été développés tout au long du parcours des clients, en amont (comme la réservation de ski, de matériels…) tout comme pendant leur voyage (une application pour se tenir informé des animations du village ou même discuter entre GM, les «gentils membres»). Aussi, le Club Med tente de s'adapter aux usages des machés sur lesquels il s'implante : « En Chine, (…) sur WeChat, [les clients] vont également pouvoir payer à la boutique et au spa directement avec leur smartphone », souligne Anne Browaeys-Level.

Mais c'est aussi d'un point de vue commercial que le Club Med veut accélérer. Si le Club Med assure que 95% des clients se rendent sur son site avant de réserver leurs vacances, « seulement » 20% de son chiffre d'affaires provient des réservations effectuées sur Internet, même s'il existe une forte variance selon les pays. De quoi vouloir se renforcer sur le cross-canal.

Plus de détails avec l'interview d'Anne Browaeys-Level, directrice générale marketing et digital :

PDG : Henri Giscard d'Estaing

Création : 1950

Siège social : Paris

Activité : tourisme

Chiffre d'affaires : 1,38 milliard de dollars en 2014

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Comment le Club Med veut faire sa mue dans le numérique
[DECODE] Pourquoi Clic and Walk est accusé de « Travail dissimulé » ?
Après le Brexit, les utilisateurs britanniques de Google ne seront plus protégés par le RGPD
Retail : la startup parisienne Qopius rachetée par la licorne singapourienne Trax
FoodTech: Monbanquet racheté par l’Allemand B2B Food Group
FinTech: comment le Britannique GoCardless veut devenir la référence des paiements récurrents
Développement web: Platform.sh trace son chemin de la France aux Etats-Unis
Copy link