ActualitéSemaine de l'emploi

Comment travaille-t-on chez… BlaBlaCar?

Frenchweb se mobilise et organise la quatrième semaine de l’emploi dans le numérique (#SENFW) toute la semaine (portraits, interviews, offres d’emploi, tables rondes…). L’opération, destinée à valoriser les opportunités d’emploi dans ce secteur, a lieu tous les 6 mois.

 

En 2006, Frédéric Mazzella crée le site Covoiturage.fr qui deviendra plus tard BlablaCar Un changement de nom qui reflète une ambition internationale puisque la startup n’a cessé de se développer sur plusieurs marchés, notamment dans les pays émergents comme la Turquie ou l’Inde.

BlaBlaCar compte aujourd’hui plus de 20 millions de membres dans 19 pays (dans la majorité de l’Europe, la Russie, la Turquie, l’Inde et récemment le Mexique). La start-up française est dans le club des «licornes», ces entreprises non cotées en Bourse valorisée plus de 1 milliard de dollars. Un record pour une entreprise française.

Pour la quatrième session de la Semaine de l’emploi du numérique, BlaBlaCar nous dévoile à travers une vidéo son équipe, ses locaux et ses ambitions.

  • Localisation : France
  • Effectifs : 360 salariés
  • Date de création : 2006
  • Fondateurs : Frédéric Mazzella, Francis Nappez et Nicolas Brusson
    Retrouvez toute l’actualité Blablacar :

Twitter: @Blablacar_FR
Facebook: Blablacar.
Google +: Blablacar.

Site web  :Blablacar.com

Youtube: Blablacar.
Instagram: Blablacarfr
Pinterest: Blablacar.

 

FrenchWeb

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Comment travaille-t-on chez… BlaBlaCar?
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer