ActualitéRetail & eCommerce

Contrefaçon sur Internet : Google et LVMH parviennent à un accord

Après des années de conflit, Google et LVMH viennent de parvenir à un accord pour surmonter un conflit relatif à la contrefaçon. Le groupe de luxe français reprochait au moteur de recherche de laisser des sociétés acheter des mots sponsorisés AdWords associés à sa marque Louis Vuitoon pour les renvoyer vers des produits contrefaits ou des sites Internet d’autres marques . Le Français souhaitait alors faire respecter les droits relatifs aux marques.

« L’accord LVMH-Google ouvre la voie à une plus grande coopération au service d’un environnement numérique sûr et plus engageant, les marques seront  désormais protégées à la fois en ligne et hors ligne. Cet accord est une illustration claire de l’approche responsable prise par les différents acteurs de la chaîne de valeur numérique. La coopération LVMH-Google sera nettement à l’avantage des consommateurs et des entreprises  » explique Pierre Godé, vice-président de LVMH.

Accords similaires avec eBay et Alibaba

En 2005, la firme de Mountain View avait été condamnée en première instance. Faisant appel de cette décision, il en avait été de même en 2006. La Cour de cassation avait ensuite renvoyé le dossier à la Cour européenne de justice qui, en 2010, avait donné raison au groupe américain.

Ce n’est pas la première fois que LVMH noue des partenariats pour lutter contre la contrefaçon en ligne. En juillet dernier, le groupe de Bernard Arnaud avait conclut un accord avec eBay pour « protéger les droits de propriété intellectuelle ». En octobre 2013, il signait un autre accord avec le géant chinois de l’e-commerce Alibaba et empêcher la vente de faux produits, notamment sur sa marketplace Taobao.

Crédit photo: photo non contextuelle, Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
Contrefaçon sur Internet : Google et LVMH parviennent à un accord
[Série A] Retail: Hardloop lève 3 millions d’euros pour s’imposer auprès des sportifs en Europe
Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies