ActualitéBusinessLes levées de fondsTech

Créée par deux Français, la startup Datadog franchit la valorisation des 10 milliards au Nasdaq

Elle ne fait pas partie du Next40, mais elle est l’illustration d’une autre French Tech, celle qui échappe aux investisseurs français et qui est de fait exclue de toute communication. Créée en 2010 à New York par deux centraliens, Olivier Pomel et Alexis Lê-Quôc, Datadog, la startup a levé 149 millions de dollars auprès d’investisseurs aux Etats Unis.

Olivier Pomel et Alexis Lê-Quôc se sont rencontrés début 2000 dans le centre de recherche d’IBM au nord de New York, avant de rejoindre Wireless Generation, une startup dans l’edtech dont ils ont devaient monter l’équipe technique.

Datadog propose un outil de monitoring des infrastructures serveurs et applications des entreprises. Fun fact, la société s’était illustrée lors du lancement de Pokemon Go par une application développée par l’un de ses développeurs, Is Pokémon Go Down Or Not, qui permettait de connaitre l’état de sa connexion au jeu.

Datadog a à ce jour plus de 1 300 collaborateurs, dont 200 en France, le reste des équipes étant basé à New York et Boston.

Pour assurer son développement international, Datadog vient de réussir son introduction au Nasdaq en levant près de 650 millions de dollars et dépassant la valorisation des 10 milliards de dollars.

Un investissement réussi pour Iconiq Capital, Index Ventures, OpenView Venture Partners, et RTP Ventures.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Créée par deux Français, la startup Datadog franchit la valorisation des 10 milliards au Nasdaq
Malgré la crise, SAP dévoile un bénéfice plus important que prévu au second trimestre
Un robot anti-coronavirus inventé par deux entreprises françaises, Octopus Robots et Fybots
Sequoia mène un tour de 100 millions de dollars dans l’app chinoise de lecture interactive Kuaidian
Facebook supprime des comptes pour « comportement inauthentique coordonné »
Cloud: Renault choisit Google pour mieux exploiter ses données industrielles
Facebook: des « décisions problématiques et déchirantes » sur les droits civiques
Copy link