ActualitéBusinessFinTech

Cryptomonnaies: 5 questions sur le projet chinois qui veut rivaliser avec le dollar

AFP

Tout un paradoxe: côté face, la Chine réaffirme son interdiction des cryptomonnaies, et côté pile elle s’active pour lancer sa monnaie numérique… avec l’espoir de rivaliser un jour avec le dollar à l’international. Les cryptomonnaies « ne sont pas de vraies devises », ont estimé mardi plusieurs fédérations bancaires chinoises de référence, mettant en garde contre la « spéculation » sur des outils comme le bitcoin, dont le cours a dévissé dans la foulée. La monnaie numérique chinoise -encadrée, elle, par la banque centrale- pourrait faire ses débuts en 2022 lors des Jeux olympiques d’hiver de Pékin. La Chine a commencé à réfléchir à un tel projet dès 2014. 

De quoi parle-t-on?

La monnaie numérique chinoise est un futur moyen de paiement électronique sur smartphone, amené à remplacer les pièces et les billets. Cette monnaie virtuelle sera émise par la banque centrale et aura la même valeur que le yuan, contrairement aux cryptomonnaies qui, elles, sont non régulées par des institutions financières et sujettes à la spéculation. Il s’agit d’une étape supplémentaire dans la numérisation des paiements, dans un pays où le liquide a déjà pratiquement disparu: 74% des transactions sont réalisées à l’aide d’un téléphone portable, selon la Fédération chinoise des paiements.

Comment ça marche?

La monnaie numérique ne sera pour les Chinois qu’une option supplémentaire pour payer, pas une révolution, estiment des spécialistes interrogés par l’AFP. L’immense majorité des achats se règle déjà via les omniprésentes applications WeChat et Alipay. Ces dernières, liées à un compte bancaire, sont de simples outils qui facilitent les transactions, principalement en scannant un code QR avec son téléphone. Le yuan numérique, en revanche, sera une valeur créée et contrôlée par la banque centrale, qui dispose déjà d’une application spécifique. Au moment de régler un achat, l’appli génère un code QR sur le téléphone, avec en arrière-fond l’image d’un billet à l’incontournable effigie de Mao. Elle sera aussi intégrée aux systèmes WeChat et Alipay, ce qui devrait permettre de populariser son usage.

Qu’est-ce que ça va changer?

Emis par la banque centrale, le yuan numérique est « traçable », remarque Kevin Desouza, professeur de commerce à l’Université de technologie du Queensland, en Australie. Cela « donne plus de contrôle et d’informations au gouvernement ». Le pouvoir central pourrait ainsi verser directement des allocations aux citoyens en contournant les autorités locales, relève le cabinet SinoInsider, basé aux Etats-Unis. La corruption et le blanchiment d’argent deviendront ainsi « pratiquement impossibles », indique-t-il dans une note. Les citoyens seront encore moins enclins à s’opposer au régime communiste de peur de voir leurs paiements numériques bannis, prévient le cabinet.

Pourquoi une monnaie numérique?

« Celui qui est à la pointe des technologies émergentes aura l’ascendant d’un point de vue économique » dans l’avenir, estime M. Desouza. Vu sous ce prisme, la monnaie numérique est pour la Chine un « élément clé » pour s’affirmer technologiquement. Elle doit permettre à Pékin de réduire sa dépendance au dollar, ultradominant à l’international. La Chine est « vulnérable » à d’éventuelles sanctions américaines « car son commerce extérieur est dépendant » du billet vert, relève l’analyste Maximilian Kärnfelt, de l’Institut Merics en Allemagne. Washington considère que toute transaction en dollars relève du droit américain et peut ainsi sanctionner individus, entreprises, voire Etats souverains.

À ce titre, la monnaie numérique offrira à Pékin un système alternatif pour « payer -ou être payé- en yuans plutôt qu’en dollars partout dans le monde », estime M. Kärnfelt. Des pays en délicatesse avec les Etats-Unis observent avec intérêt. La Chine et la Russie doivent « se débarrasser des systèmes de paiement internationaux contrôlés par l’Occident », a plaidé en mars le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, lors d’un déplacement en Chine. Dès 2018, l’Iran a envisagé une monnaie numérique après le rétablissement des sanctions américaines à son encontre mais le projet semble depuis avoir été abandonné.

La Chine est-elle seule?

Une soixantaine de « juridictions » planchent sur une monnaie virtuelle ou sont déjà en phase d’expérimentation, selon la Banque des règlements internationaux. Exemple: les Bahamas, qui ont officiellement lancé en octobre leur monnaie numérique, le Sand dollar. La Chine, quant à elle, est en phase de devenir la première grande économie à disposer d’une monnaie numérique. Mais la date de lancement officiel n’est pas connue. Des expérimentations sont menées au niveau local, notamment à Pékin et Shanghai, où des habitants ont reçu de l’argent virtuel sur leur téléphone qu’ils peuvent utiliser dans certains commerces.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Cryptomonnaies: 5 questions sur le projet chinois qui veut rivaliser avec le dollar
Huawei mise 8 millions d’euros sur le moteur de recherche français Qwant
Comment des parlementaires américains s’attaquent aux monopoles des GAFA
Le service de livraison français Colis Privé prévoit d’entrer en Bourse sur le marché Euronext
Euro 2021 : la Fédération française de football se lance dans les NFT avec la startup Sorare
Microsoft, Ubisoft, Avatar… focus sur l’E3, le plus grand salon des jeux vidéo au monde
De “petite start-up” à “belle scale-up”: 6 (excellents) conseils pour une start-up… à ne plus suivre pour bien scaler !