ActualitéBusinessTech

Devant la situation alarmante de Parrot, Henri Seydoux veut monter à 45% du capital de la société

Avec l'AFP

Henri Seydoux, PDG et principal actionnaire à hauteur de 36,1% du fabricant français de drones Parrot, en grande difficulté, va acquérir 9,59% du capital pour porter sa part à 45,69%, à travers la société Horizon qu’il contrôle, ont annoncé Horizon et Parrot. «Constatant la baisse récente du cours de Bourse de Parrot, Horizon, société détenue intégralement par Monsieur Henri Seydoux et sa famille, et actionnaire de contrôle de Parrot avec 36,10% de son capital et 36,91% de ses droits de vote, annonce avoir conclu un contrat d’acquisition d’actions avec un actionnaire représentant 9,59% du capital de Parrot pour un prix par action de 3,20 euros», indique Horizon. Il s’agit exactement du cours de l’action de Parrot à la clôture d’Euronext, mardi.

«A l’issue de cette acquisition, Horizon détiendra 45,69% du capital et 46,71% des droits de vote de Parrot», annonce Horizon. «Parrot va convoquer son conseil d’administration d’ici la fin de la semaine pour examiner ce projet et, notamment, conformément à la réglementation, désigner un expert indépendant afin d’établir un rapport sur les conditions financières de l’offre», indique de son côté la société Parrot.

Forte baisse des ventes et coupe dans les effectifs 

Vendredi, après l’annonce d’une baisse de 40% de ses ventes au troisième trimestre et d’une centaine de suppressions d’emplois, le cours du titre s’était effondré de 54,86%, à 1,58 euro. Pour expliquer ces suppressions de postes, le fabricant français de drones a invoqué une «forte baisse» du marché grand public, qui contrarie ses espoirs de redressement commercial. Ses ventes au troisième trimestre sont ressorties à 23,4 millions d’euros, avec notamment un plongeon de 45% de ses ventes de drones grand public. Le groupe emploie à ce jour 658 personnes.

Parrot avait indiqué vendredi prévoir encore une «forte diminution» de ses ventes de drones en 2019. En attendant le redressement du marché des quadricoptères, Parrot compte sur la «solidité de (ses) filiales professionnelles» (drones pour l’agriculture, la construction, la surveillance…), qui ont enregistré une progression de chiffre d’affaires de 4% au troisième trimestre, à 9,3 millions d’euros.

Parrot a connu son heure de gloire il y a quelques années, au début de la vague des drones quadricoptères grand public, qu’il a largement contribué à créer. Mais l’entreprise a été ensuite rattrapée et distancée par le groupe chinois DJI, dont la part du marché mondial dépasse aujourd’hui les 70%.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Devant la situation alarmante de Parrot, Henri Seydoux veut monter à 45% du capital de la société
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?