Actualité

Digitick réclame 34 millions d’euros à la FNAC et Ticketnet pour entente anti-concurrentielle

Digitick, filiale de Vivendi spécialisée dans la billetterie dématérialisée, assigne en justice la FNAC, sa filiale France Billet et Ticketnet devant le tribunal de commerce de Paris afin d’obtenir près de 34 millions d’euros de dommages et intérêts.

Ces poursuites sont consécutives à une décision rendue en décembre dernier par l’Autorité de la concurrence qui condamnait la FNAC et Ticketnet à une amende de 9,3 millions d’euros. Ces derniers s’étaient vus reprocher une entente sur les prix des commissions réclamées aux organisateurs de spectacles et des manoeuvres visant à écarter Digitick du marché de la billetterie en ligne.

Fondée en 2004, Digitick se distinguait en 2007 en étant l’une des pionnières du secteur. La start-up détenue à 100% par Vivendi depuis 2010 propose notamment aux organisateurs de concerts des solutions de contrôle d’accès, évitant à ces derniers d’investir pour s’équiper.

L’Autorité de la concurrence juge que l’activité de Digitick avait été pénalisée par l’action de ses concurrents et que la start-up souffre d’un préjudice « en image et en notoriété, entravant ainsi son entrée sur le marché de la billetterie de spectacles », tandis que sa croissance « aurait certainement pu être rapide en l’absence des pratiques incriminées. »

Selon Les Echos, Digitick aurait fait appel « à un cabinet extérieur pour évaluer son préjudice », lequel est estimé à « 29 millions d’euros sur le plan économique, somme à laquelle Digitick a ajouté 5 millions au titre du préjudice d’image. »

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Un commentaire

  1. Pendant ce temps là, les internautes luttent contre le site Ticket-Concert.com , arnaque révélée au grand jour, afin de se faire rembourser des places de concerts qu’ils n’auront probablement jamais !

Bouton retour en haut de la page
Digitick réclame 34 millions d’euros à la FNAC et Ticketnet pour entente anti-concurrentielle
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya