BusinessDecode BusinessHealthcareInvestissementsLes levées de fondsStartupTV

DNA Script lève 35 millions d’euros pour faire de l’ADN synthétique un levier vers la médecine prédictive

La phase commerciale se rapproche pour DNA Script. Dans cette perspective, la start-up française, spécialisée dans la synthèse d’ADN, vient de boucler un nouveau tour de table de 35 millions d’euros en série B mené par Life Sciences Partners (LSP), fonds néerlandais dédié aux secteurs de la santé et de la biotechnologie. Le fonds Large Venture de Bpifrance ainsi que les investisseurs historiques, notamment Illumina Ventures, Merck Ventures, Sofinnova Partners, Kurma Partners et Idinvest Partners, ont également participé à l’opération. Celle-ci intervient un peu moins de deux ans après un tour de table de 11 millions d’euros.

Fondée en 2014 par Thomas Ybert, Sylvain Gariel et Xavier Godron, DNA Script a développé une imprimante capable de synthétiser de l’ADN de haute qualité pour favoriser l’innovation dans les sciences et la technologie. Concrètement, cette technologie d’écriture utilise des enzymes génétiquement modifiées à la place de méthodes chimiques classiques. A travers cette technologie, DNA Script entend ainsi donner un second souffle à l’écriture des codes génétiques. Pour y parvenir, la jeune pousse s’est notamment alliée à l’Institut Pasteur afin d’étendre son champ de connaissances.

L’ADN, «un support pour personnaliser le traitement de chaque patient»

Le nouveau procédé développé par la société permet de fabriquer des molécules d’ADN de meilleure qualité et de plus grande longueur dans des délais beaucoup plus courts par rapport aux méthodes de production habituelles. De cette manière, ce processus offre l’opportunité aux chercheurs dans la biologie moléculaire d’accélérer leurs expériences pour aboutir à des résultats plus rapidement. Ces avancées doivent permettre à terme de développer de nouveaux produits thérapeutiques, comme des médicaments ou des vaccins. 

Aux yeux de Sylvain Gariel, co-fondateur et COO de DNA Script, cette nouvelle technologie d’écriture de codes génétiques constitue une étape déterminante pour basculer dans une ère de la médecine prédictive et personnalisée. «Il y a deux tendances de fond : l’anticipation et la personnalisation. L’enjeu va être de détecter le plus tôt possible une maladie et d’anticiper son évolution. Et dans ce cadre, l’ADN apparaît comme un support pour personnaliser le traitement de chaque patient», estime Sylvain Gariel.

Les États-Unis en ligne de mire 

Dans ce contexte, ce tour de table doit permettre à la société de rendre possible l’exploitation de sa technologie pour commercialiser d’ici deux ans une imprimante enzymatique à ADN. «Nous avons désormais atteint une maturité technologique suffisante pour envisager la commercialisation des premiers produits. Ils auront comme principal objectif de permettre aux clients de mener à bien des tests de biologie moléculaire en moins d’une journée, grâce à un accès en quelques heures à l’ADN synthétique requis, réactif critique à façon», indique Thomas Ybert, co-fondateur et président de DNA Script. 

Pour amener son produit sur le marché, la jeune pousse va ainsi étoffer ses effectifs, notamment aux États-Unis où la start-up a ouvert une filiale en novembre 2018. La société estime que le marché américain concentre 50% du marché commercial mondial. De 40 collaborateurs à l’heure actuelle, DNA Script entend recruter une vingtaine d’employés supplémentaires d’ici la fin de l’année avant d’atteindre les 100 salariés à l’horizon 2020, dont une trentaine seront basés outre-Atlantique. 

DNA Script : les données clés

Fondateurs : Thomas Ybert, Sylvain Gariel et Xavier Godron
Création : 2014
Siège social : Paris
Activité : technologie de synthèse d’ADN
Financement : 35 millions d’euros en mai 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This