EuropeTech

Les 23 start-ups internationales à ne pas manquer à VivaTech 2019

Près de 2 000 start-ups du monde entier seront présentes à l’édition 2019 de VivaTech, qui se tient du 16 au 18 mai à Paris. A l’occasion de ce salon technologique, FrenchWeb.fr va réunir 23 start-ups internationales lors d’une soirée spéciale We Love Innovation, le 16 mai, avec les principaux investisseurs et entrepreneurs de la French Tech.

Aerobotics (Afrique du Sud, AgTech, 4,8 millions de dollars levés, série A)

L’entreprise d’analyse de données Aerobotics a été fondée en 2014 à Cape Town. Spécialiste en AgTech, elle utilise l’imagerie aérienne issue de drones et des algorithmes de machine learning pour la détection précoce des nuisibles et de maladies. Elle travaille aussi sur la prévision des rendements agricoles. Depuis 2017, Aerobotics a levé 4,8 millions de dollars. Parmi ses investisseurs figurent Paper Plane Ventures, AgFunder, Nedbank, 4Di Capital, Google Launchpad Accelerator, ou encore Savannah Fund.

Agrisolare Società Agricola (Italie, AgTech)

Agrisolare Società Agricola est une start-up italienne lancée en 2011 par deux horticulteurs. Elle vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre en combinant la culture sous serre et les technologies énergétiques. Le fumier traité de l’entreprise a pour but d’accroître la durabilité des élevages tout en réduisant leur impact environnemental en termes d’émission de gaz à effet de serre.

Asel-Tech (Etats-Unis, automatisation industrielle)

Asel-Tech développe depuis 2000 des solutions principalement dédiées à l’intégrité et la gestion en temps réel des pipelines dans l’industrie du pétrole, pétrochimiques et énergétiques. L’entreprise emploie pour cela des technologies d’IA, de capteurs IoT et de réseaux neuronaux. Asel-Tech affirme pouvoir détecter et localiser des fuites de pipelines en quelques secondes. La société est basée à Houston et possède un bureau au Brésil.

BreezoMeter (Israël, e-santé/environnement, 12,6 millions de dollars levés, série B)

BreezoMeter est une start-up israélienne fondée en 2014 par Ran Korber, Ziv Lautman et Emil Fisher. Elle propose une application de mesure de la qualité de l’air aux villes, aux entreprises, mais aussi aux particuliers. Dotée d’une équipe d’ingénieurs en environnement, l’entreprise a levé 12,6 millions de dollars depuis 2015 auprès d’Entrée Capital, Goldacre ou encore Phi Square Holdings.

L’application de mesure de la qualité de l’air de BreezoMeter. Crédit: BreezoMeter.

Curiosity.ai (Allemagne, traitement et gestion des données)

Curiosity.ai a pour ambition d’accompagner les entreprises dans le développement de solutions IA professionnelles dédiées aux données non structurées. L’entreprise fondée l’année dernière à Munich propose, majoritairement aux acteurs industriels, des plateformes basées sur l’IA et les technologies de bases de données orientées graphe. La start-up compte Airbus et BurdaForwad parmi ses références.

Cyabra (Israël, cybersécurité, 1 million de dollars levé en seed round)

La start-up israélienne Cyabra a été fondée en 2017 par Dan Brahmy, Ido Shraga, Sendi Frangi et Yossef Daar, avec l’ambition de protéger les marques et institutions gouvernementales des fausses informations. Elle propose pour cela une plateforme de surveillance et d’alerte, mais aussi des insights pour les décideurs. L’entreprise a levé 1 million de dollars en juin 2018 auprès notamment de TAU Ventures.

DataProphet (Afrique du Sud, optimisation industrielle, série A)

Fondé en 2014, le Sud-Africain DataProphet a développé des solutions d’IA dédiées à l’optimisation des procédés de fabrication. L’entreprise fondée à Cape Town par Daniel Schwartzkopff, Frans Cronje et Richard Craib a notamment créé Omni, une solution IA destinée à accompagner les équipes de fabrication dans l’élimination de défauts et la réduction des temps d’arrêt. La start-up a bouclé une levée de « plusieurs millions » de dollars en 2018. Knife Capital avait mené cette Série A.

Emaze (Israël, logiciels, 3,7 millions de dollars levés, série A)

La start-up israélienne Emaze propose un logiciel de présentation de projets. Celui-ci peut être utilisé sur PC et tablette, mais aussi sur smartphone. L’entreprise a été fondée en 2009 par Motti Nisani et Shai Schwartz. Elle a levé 3,7 millions de dollars depuis 2010. Parmi ses investisseurs figurent Firstime Venture Capital et TheTime.

FinChatBot (Afrique du Sud, FinTech, 693 500 dollars levés en seed round)

Antoine Paillusseau et Romain Diaz ont lancé FinChatBot à Johannesburg en 2016. Comme son nom le suggère, la start-up développe des chatbots destinés à aider les fournisseurs de services financiers à acquérir et fidéliser des clients. L’entreprise a levé 693 500 dollars en deux tours de de table depuis sa création. Elle compte Kalon Venture Partners et Compass Venture Capital parmi ses investisseurs.

Goutra (Algérie, solution de gestion de l’eau)

Fondée en 2013 par Mustapha Lakhdari, la start-up algérienne Goutra développe des solutions de gestion, de suivi de consommation et d’économie d’eau. Elles sont dédiées aux particuliers comme à l’industrie. L’entreprise a développé un dispositif électronique qui affiche la consommation d’eau en temps réel pour chaque utilisation du robinet. Le dispositif collecte ensuite des données en continue. Goutra peut ensuite proposer, à partir de ces données, des conseils et solutions pour économiser son eau.

IDNow (Allemagne, cybersécurité, série B)

L’Allemand IDnow propose une plateforme d’Identity-as-a-Service capable de vérifier en temps réel les identités des utilisateurs de sites clients. Elle a développé pour cela des technologies de machine learning. Basée à Munich, la start-up a effectué quatre levées de fonds depuis sa création en 2014 par Armin Bauer, Dennis von Ferenczy, Felix Haas et Sebastian Baerhold. Elle compte Commerzbank, UBS, Bank of Scotland, N26, ou encore Telefonica parmi ses clients.

Intuitive Surgical (Etats-Unis, e-santé, IPO en 2000)

L’entreprise américaine Intuitive Surgical a été lancée en 1995 par Frederic Moll et John G. Freund. Basée en Californie, elle conçoit et construit des robots médicaux qui visent à rendre les opérations chirurgicales moins invasives. Parmi ses produits se trouve le robot Da Vinci. L’entreprise, entrée en Bourse en 2000, a fusionné avec Computer Motion en 2003.

Le système Da Vinci d’Intuitive Surgical. Crédit: Intuitive Surgical.

Isportistics (Brésil, SportsTech, 404 000 euros levés)

Fondé à Sau Paulo en 2017, Isportistics développe des solutions de capture, de traitement et de formatage de contenus sportifs. La start-up utilise pour cela des technologies de machine learning et d’IA. Les contenus édités peuvent ensuite être distribués à des audiences cibles. En décembre 2018, Isportistics avait levé 404 000 euros (1,8 millions de réals brésilien). Le financement doit lui permettre de s’étendre au Brésil, mais aussi à l’international.

Juno (Etats-Unis, VTC, série A)

La start-up de ride-sharing Juno a été fondée par en 2015 par Igor Magazinnik et Talmon Marco, cofondateur et ancien CEO de Viber. Acquis par Gett en 2017 pour 200 millions de dollars, Juno s’était lancé au printemps 2016 à New York. Empire Angles, Falcon Capital AltaIR Capital et Target Global figurent parmi ses investisseurs. 

Keheala (Israël, e-santé)

Lancée en 2014 et basée à Tel Aviv, l’entreprise sociale Keheala développe une suite de solutions mobiles destinées à lutter contre la mauvaise utilisation de médicaments. Les solutions mettent en relation les patients et une communauté, et fournissent à des entités médicales des données et analyses pour leur permettre de lutter contre différents épidémies. 

Kyme NanoImaging (Italie, nano-imagerie)

Kyme NanoImaging a été fondé en 2018 par trois ingénieurs biomédicaux, un chercheur en bio-ingénierie et un professeur de l’université de Naples. Ce spécialiste italien de la nano-imagerie a développé une plateforme qui ambitionne d’améliorer les images d’IRM.

Nextome (Italie, navigation en intérieur, 550 000 euros levés, seed)

Nextome est un spécialiste italien du positionnement et de la navigation en intérieur. Basée à Pouilles, la start-up développe depuis 2014 des technologies BtoC et BtoB basées sur l’IA. Elles sont aujourd’hui présentes en Europe, aux Etats-Uni et à Singapour. L’entreprise fondée par Domenico Colucci, Giangiuseppe Tateo et Vincenzo Dentamaro a levée 550 000 euros depuis novembre 2014, auprès notamment de MassChallenge. 

PayDunya (Sénégal, FinTech)

Fondé par Aziz Zerima en 2015 à Dakar, PayDunya propose aux entreprises des solutions de paiement sur leur site et application mobile. L’entreprise fait la lien entre e-commerçants et particuliers, pour les paiements en ligne de services ou de biens. L’API de la FinTech permet ainsi d’accepter les paiements mobiles dans un pays où 90% de la population possède un téléphone, mais seulement près de 10% un compte en banque. PayDunya s’adresse aussi au grand public avec un service de compte personnel.

Presize.ai (Allemagne, mode/e-commerce)

Fondé cette année à Munich, Presize.ai développe des solutions de scan corporel destinées aux boutiques de mode en ligne. La start-up vise à réduire les taux de retours et à augmenter les taux de conversion grâce à la vision par ordinateur et le deep learning. Les technologies créent un modèle 3D des mensurations corporelles des internautes, via leur smartphone. Elles peuvent ensuite recommander les meilleurs tailles de vêtements.

La solution de scan corporel de Presize.ai. Crédit: Presize.ai.

ProGlove (Allemagne, optimisation industrielle, 9,1 millions de dollars levés, série A)

La start-up allemande ProGlove, fondée à Munich en 2014, développe des gants intelligents qui visent à permettre aux équipes de fabrication et logistiques de travailler plus rapidement, plus facilement et de manière plus sécurisée. Créée par Alexander Grots, Jonas Girardet, Paul Günther et Thomas Kirchner, l’entreprise revendique aujourd’hui plus de 300 clients des industries de l’automobile, de la fourniture et de la logistique. ProGlove a levé 9,1 millions de dollars depuis novembre 2014, dont 6,7 millions en avril 2018. Parmi ses investisseurs se trouvent GettyLab, Intel Capital, Techfounders, DIVC ou encore Bayern Kapital.

Scoutbee (Allemagne, global sourcing, 4 millions de dollars levés en seed round)

Fondé en 2015 par Christian Heinrich, Fabian Heinrich, Gregor Stühler et Lee Galbraith, Scoutbee propose une plateforme de global sourcing basée sur l’IA. La start-up s’est donnée pour mission de fournir des insights aux chefs d’équipe afin de leur permettre d’effectuer des décisions d’achat pertinentes. Elle a levé 4 millions de dollars en novembre 2018 auprès de Toba Capital, 42CAP et HV Holtzbrinck Ventures.

Sea Monster (Afrique du Sud, divertissement/communication)

Fondé en 2011 à Cape Town, Sea Monster s’adresse au monde de la communication. L’entreprise créé des contenus et expériences numériques grâce à des technologies d’animation, de jeux vidéo et de réalité augmentée. Elle compte parmi ses références ArcelorMittal, PwC ou encore Google.

Wibbitz (Etats-Unis, divertissement, 30,8 millions de dollars levés, série C)

La start-up new-yorkaise Wibbitz développe depuis 2011 une plateforme de création de vidéos par intelligence artificielle. Fondée par Zohar Dayan et Yotam Cohen, l’entreprise travaille avec les éditeurs, marques et agences. Elle a levé plus de 30 millions de dollars, notamment auprès de TF1 en 2017. Parmi ses autres investisseurs se trouvent aussi The Weather Channel, Associated Press, NatMobile, Lool Ventures, Horizons Ventures, mais aussi Kima Ventures.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Les 23 start-ups internationales à ne pas manquer à VivaTech 2019
[FW500] Comment Deepki optimise la gestion énergétique des parcs immobiliers
Le Japonais Uniqlo choisit les robots de la startup française Exotec pour sa logistique
[DECODE] L’enceinte connectée Djingo d’Orange arrive-t-elle trop tard?
The Garage, l’incubateur de Cyril Paglino pour créer un écosystème blockchain de référence en Europe
Instagram
Reels, l’arme d’Instagram pour contrer l’ascension fulgurante de TikTok
Comment les indépendantistes catalans usent du numérique contre Madrid
Copy link