ActualitéAsieAsieBusinessFoodTech

Du porc, de la blockchain…IBM et Walmart veulent tracer la viande en Chine

  • Le géant américain de la grande distribution travaille avec IBM et l’Université Tsinghua de Pékin pour suivre numériquement le parcours du porc en Chine.
     
  • Ce nouveau système de traçabilité vise à éradiquer les fraudes et les inexactitudes dans le parcours de la viande.

 

Walmart s’engage dans la voie de la sécurité alimentaire. Le géant américain de la grande distribution travaille avec IBM et l’Université Tsinghua de Pékin pour suivre numériquement le parcours du porc en Chine, selon le magazine américain Fortune. Dans le même temps, Walmart a ouvert un centre dédié à la collaboration sur la sécurité alimentaire à Pékin le 19 octobre. 

Pour mettre en place ce système de traçabilité, Walmart prévoit d’utiliser la technologie développée par Hyperledger, un projet de logiciel open-source, lancé par la Fondation Linux en décembre 2015, qui construit des outils blockchain. L’intérêt du dispositif du mastodonte de la grande distribution repose sur la blockchain, technologie dont se chargera IBM via une base de données privée co-développée avec Walmart.

Un suivi optimisé du producteur au consommateur

La blockchain permettra d’enregistrer de manière indélébile la liste des transactions ayant jalonné le parcours de la viande à travers le réseau commercial, des producteurs jusqu’aux consommateurs. «Les consommateurs d’aujourd’hui veulent plus de transparence sur l’origine et la transformation du produit», explique Frank Yiannas, vice-président, en charge de la sécurité alimentaire, chez Walmart, à Fortune. Ce nouveau système vise à rassurer les consommateurs et à éviter les risques de crise sanitaire, à l’image de la vache folle qui a tué plus de 200 personnes entre 1986 et les années 2000.

Pour Walmart et IBM, l’intégration de la blockchain dans la chaîne d’approvisionnement permet de rendre plus difficile les fraudes et les inexactitudes dans la mesure où la blockchain conservera les données relatives aux origines de la viande, à son traitement dans l’usine, les dates d’expiration ainsi que les températures de stockage et d’expédition.

Paul Chang, en charge de la chaîne d’approvisionnement chez IBM, estime que la blockchain permet de combler les lacunes des codes-barres et des étiquettes d’identification radio. «Il manquait un forum partagé où les entreprises pourraient commencer à avoir un oeil sur les opérations de chacun et développer une confiance mutuelle», précise-t-il.

Lire aussi : 

 

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This