ActualitéDistribution

[E-commerce] Le Made in France : au-delà du buzz, une tendance durable !

Au-delà du simple buzz médiatique provoqué lors des élections présidentielles, « Le Made in France » s’inscrit comme une véritable tendance du e-commerce. Tous les secteurs de la consommation sont concernés. Etat des lieux.

Le slip Français, Les ambassadrices, CityCake, Archiduschesse, Alittlemarket… Les sites marchands mettant en avant la production locale ne cessent de se multiplier. Au-delà des mutations telles que le social commerce, le m-commerce ou encore le cross commerce, le « Made in France » opère un réel retour en force dans le paysage du e-commerce français.

Si cette nouvelle tendance a notamment surfé sur la vague des élections présidentielles, le phénomène ne semble toutefois pas être éphémère. Le made in France viendrait en effet répondre aux attentes des internautes, qui face au développement ahurrissant des nouvelles technologies, chercheraient également à retrouver une touche d’authenticité dans leurs achats.

Le Made in France englobe tous les secteurs de la vente en ligne, allant de la mode à la décoration d’intérieur, en passant par la pâtisserie et l’alimentation bio. Voici une liste, non exhaustive, des différents acteurs, petits ou grands, déjà positionnés sur le secteur.

Les généralistes

Alittlemarket séduit les investisseurs. Créée en 2009 par un trio d’amis – Nicolas Cohen, Nicolas d’Audiffret et Loïc Duvernay – la plateforme Alittlemarket propose des bijoux, vêtements, jouets, ou accessoires de décoration faits maison, à l’instar de son homologue américain Etsy.

La place de marché du fait main et de l’artisanat, a annoncé, en novembre dernier, la finalisation d’une seconde levée de fonds d’1,6M €. Le tour de table a notamment été animé par le fonds XAnge Private Equity, mais aussi par des entrepreneurs avertis, à l’image de : Pierre Trémolières, président du site Delamaison, d’Oleg Tscheltzoff, président fondateur de Fotolia et de Thierry Petit, fondateur de Showroomprivé. Le site avait déjà réalisé un premier tour de table de 500 000 euros en juin 2010 auprès de plusieurs business angels.

Fort de son succès, AliitleMarket a lancé en juin dernier un nouveau site destiné aux mamans, baptisé Alittlemaman.com.

Les Ambassadrices embarquent pour un Tour de France. Clémence et Caroline Cave, deux soeurs d’une vingtaine d’années, ont lancé il y a maintenant près d’un an un nouveau site : Lesambassadrices.com, qu’elles définissent comme « la première Market Place qui référence les meilleures boutiques physiques de France ». L’idée : accorder un présence sur le web aux petites boutiques qui ne possèdent pas leur propre site en ligne. Le tandem se présente donc comme le porte parole 2.0 des commerces de proximité en les hébergeant sur leur plateforme qu’elles veulent « interactive et ergonomique ».

Au pigeonnier (Biarritz), Blou (Paris), Rose Cobalt (Nantes), Elysse (Bordeaux), La Bergerie (Marseille)… Après un an d’activité, le site compte désormais près d’une cinquantaine de partenariats partout à travers la France. Au rendez-vous : des boutiques de prêt-à-porter, de décoration et d’épiceries fines. Le nombre de commerçants partenaires devrait connaître une belle croissance cette année et les deux soeurs Cave ne cachent pas leur envie d’un développement à l’international, à moyen terme.

Dans cette catégorie on retrouve également la plateforme La Belle Échoppe, le site So Parisienne ou encore le précurseur France Avenue, lancé en décembre 2010.


L’habillement

Le site Archiduchesse s’internationalise malgré lui. JT de 20 heures, radios nationales, dépêches AFP… En avril dernier, le site de Archiduchesse, spécialisé dans la vente en ligne de chaussettes made in France, s’est offert, sans le vouloir, un réel petit coup de pub.

Derrière ce battage médiatique, une récente mésaventure. En effet, en début d’année, Patrice Cassard, fondateur de la PME basée à Saint Etienne, s’est aperçu que son site Archiduchesse était victime d’une contrefaçon. Le site chinois, mise en ligne sous le nom de la marque Ankle Bitting, se présente effectivement comme une véritable copie conforme du site français et propose des paires de chaussettes à moins de 2€, contre 6€ pour le site authentique.

Toutefois, ce plagiat présente peu de risques pour l’activité du Français, puisque le site chinois ne s’adresse pour l’heure qu’au seul marché asiatique. La société française, effectue, quant à elle, la grande majorité de son CA en France.

Quoiqu’il en soit, cette mésaventure a permis à la start-up de s’offrir un vérifiable coup de pouce en terme de notoriété. Son fondateur explique d’ailleurs que, depuis, ses ventes de chaussettes ont augmenté ! Bref, contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, la réputation des chaussettes de l’Archiduchesse, connues pour être sèches ou archi-sèches, n’a pas été si mouillée que ça

Le Slip français rêve d’Asie. Tout a commencé à la suite d’un défi. « Serais tu capable de vendre des slips » ironise un jour un ami de Guillaume Gibaul. Le diplômé d’HEC prend le challenge au pied de la lettre et lance ainsi un site marchand baptisé Le Slip français à la rentrée 2011 en s’associant à une petite usine située en Dordogne. Profitant des élections présidentielles, le site du Slip français créé un véritable buzz en détournant les affiches de campagne.

L’engouement n’est pourtant pas éphémère puisque le site aurait enregistré près de 80 000 € de CA début 2012. La jeune pousse a depuis été identifiée parmi les 100 startups dans lesquelles investir par le magazine Challenges. La collection de slips devrait par ailleurs faire son arrivée dans les rayons des Galeries Lafayettes très rapidement. Toutefois, Guillaume Gibaul voit beaucoup plus loin et chercherait d’ores et déjà à s’implanter en Asie. Dans cette optique, Le slip français est en quête de 500 000 € de fonds supplémentaires.

Dessine moi un soulier marche sur les pas de Nike Idea. Imaginée par deux passionnées de mode, Alma et Juliette, la plateforme Dessine Moi un soulier propose quant à elle, de créer de A à Z sa chaussure via Internet. Comme les sites précédents, toute la fabrication est réalisée en France depuis trois ateliers situés en Isère. Si les deux jeunes filles mettent l’accent sur le Made in France, elles se sont paradoxalement inspirées d’un concept venu des Etats-Unis avec Nike Idea, qui proposait à ses clients de customiser leurs baskets. Cette fois-ci avec Dessine Moi Un soulier, c’est l’escarpin qui est mis à l’honneur.

Dans cette catégorie, on retrouve également le site de T-Shirts S’il Vous Plaît Merci et le site La fée Corsetée, spécialisé dans les robes de mariées.


L’alimentaire

Citycake fait de la gourmandise son péché mignon. Macarons, cupcakes, muffins… Depuis le 25 juin dernier il est possible de commander en quelques clics une ribambelle de mignardises auprès d’une fine sélection d’artisans de la capitale. Imaginé par Benjamin Chemla (ex-avocat) et Ralph Guyot Jeannin (ex-banquier), Citiycake s’engage à livrer les commandes en moins de 4 heures. La plateforme propose ses services sur Paris intra-muros, mais également à Neuilly et Levallois. Pour l’heure, près de 10 partenariats ont été noués sur la capitale.

WeBuyFrench opte pour l’épicerie fine de haute qualité. Créée en juin 2011, la start-up WebuyFrench, basée à Montpellier propose, pour sa part, une sélection de produits bio et artisanaux. La part belle est ainsi faite à l’épicerie fine et aux vins et spiritueux made in France. Fondé par Benjamin Vanlierde et Michel Tomas, WebuyFrench vise essentiellement un public étranger et particulièrement les internautes d’Asie, d’Europe du Nord et d’Australie.

Tags
Platformsh

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

23 thoughts on “[E-commerce] Le Made in France : au-delà du buzz, une tendance durable !”

  1. Le made in France est effectivement plus qu’une tendance et va continuer de se développer. Les sites dont vous parlez en sont la preuve. Un autre site qui vend des produits qui sont 100 % made in France et qui est vraiment pas mal c’est http://www.vacancesfrancaises.com/. La France dispose d’un savoir-faire, d’un artisanat et d’entreprises de qualité, que toutes ces entreprises ne font que confirmer

  2. Vive le Made in France. Pour les bébés la marque P’tit Lulu propose des couches lavables personnalisables, toutes douces et colorées, made in France.

    http://www.ptitlulu.fr

    En plus, c’est Economique, Ecologique et sain pour la santé des bébés.

  3. Au-delà du e-commerce dont parle votre article ici, le « Made in France », plus qu’une marque de fabrique, devient un mode de vie, une façon de regarder autour de soi et de s’intéresser à ce qui s’y passe.

    C’est un peu ainsi que http://www.maisons-archis.com est né pour présenter la « maison d’architecte Made in France ».
    Une certaine façon de faire rimer architecture de qualité et proximité.

  4. Génial le Made in France très sympa les sites web.
    Voici une autre solution de découvrez le monde de la déco ainsi que nos créations originales sur Ateliers Créa.Tutoriels, fiches explicatives et détaillées vous guident pas à pas sur notre site.
    http://www.ateliers-crea.com/
    bonne visite

  5. Bonjour,
    Un site exclusivement dédié au chocolat français http://www.chocolats-prives.com . Une sélection de chocolatiers parmi les meilleurs – manque quelques grands noms quand même – mais pas mal d’avantages présents…bref pour des idées cadeaux gourmandes ou se faire plaisir ça mérite le détour.

  6. Pour compléter cette liste, je vous propose http://www.direct-matelas.fr qui propose une sélection de matelas, sommiers et lis électriques des plus grandes marques du secteur. Et pour les internautes qui recherchent une affaire, nous proposons actuellement des réductions jusqu’à -50% sur certains produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This