ActualitéBusinessRetail & eCommerceStartupTech

[Bons de réduction] Promoland lève 230 000 euros

Promoland vient d’annoncer une levée 230 000 € auprès d’investisseurs privés, dans le cadre de son développement sur le marché des bons de réduction.

Cet apport de capital lui permettra en premier lieu de renforcer sa R&D, de lancer son application sur iPhone et de consolider son service, notamment en déployant une stratégie commerciale de grande échelle auprès de marques phares.

L’application, créée fin décembre 2011 par François Moret, Loic Kueny et Valentin Flavenot, permet aux internautes de bénéficier de réductions et de cadeaux sur les courses en supermarché via une simple photo de ticket de caisse prise avec un téléphone mobile.

Le concept est simple : à chaque fois que le mobinaute fait ses courses, il prend son ticket de caisse en photo en y reliant les promotions proposées et l’envoie sur Promoland. Il sera remboursé immédiatement. Plus il envoie de tickets, plus il a de chances de gagner des lots et plus il reçoit de promotions sur ses produits favoris.

Parmi les lots proposés: une liseuse, un appareil photo Nikon, des coffrets de vins, ou encore un magnum de champagne Ruinart.

Ses fondateurs envisagent de réaliser une nouvelle levée de fonds conséquente dans les mois à venir.

Promoland a fait partie des 6 projets en lice pour le prix du meilleur potentiel lors du forum de l’incubateur HEC 2011-2012 et a été listé dans les « 100 start-ups où investir » par Challenges.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Bons de réduction] Promoland lève 230 000 euros
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link