ActualitéChiffres ClesMarketing & Communication

[E-publicité] Les infos à ne pas rater : +64% pour la publicité sur mobile en 2014, Horyzon Media fait le pari des temps forts…

Les infos essentielles de la semaine dans le secteur de la publicité en ligne

horyzon-media-e-novate

La régie Horyzon Media étend sa gamme de service et veut enrichir le potentiel marketing des « temps forts » des marques avec le lancement de Horyzon e-novate, une cellule chargée de créer des évènements par le biais de dispositifs uniques à chaque marque.

L’idée est d’ «enrichir la nouvelle architecture de marque d’Horyzon Media, qui s’oriente vers encore plus de créativité. C’est notre rôle, en tant que régie leader, d’exploiter tous les leviers à notre disposition et de pousser ces idées le plus loin possible, pour accompagner les marques et leur permettre de créer un lien dynamique et privilégié avec chacun de leurs clients » explique Eric Aderdor, le directeur général.

likeAvec « seulement » 12,04 dollars contre plus de 26,05 dollars outre-Atlantique, les dépenses publicitaires sur les réseaux sociaux rapportées à chaque utilisateur sont presque deux fois plus faibles en Europe de l’Ouest qu’en Amérique du Nord en 2013 selon une étude réalisée par eMarketer. Et l’écart devrait se creuser en 2014 puisqu’elles seraient respectivement de 13,71 dollars et 32,82 dollars en 2014 selon les projections de l’institut de recherche.

Au final, la croissance des dépenses publicitaires per capita sur les médias sociaux devraient être cette année de 27,2% dans le monde et, plus précisément, de 21,3% sur le Vieux Continent contre 30,7% en Amérique du Nord.

new-iab-logo

La publicité en ligne a franchi un nouveau record outre-Atlantique avec 10,7 milliards de dollars de chiffre d’affaire au troisième trimestre de 2013, soit légèrement plus que les 10,69 milliards cumulés au cours du premier trimestre, selon une étude menée conjointement par l’Internet Advertising Bureau et PwC.

Cela représente une augmentation de 15% des dépenses sur une année complète (9,26 milliards de dollars au troisième trimestre 2012). Ce chiffre « est révélateur de l’ère numérique dans laquelle nous vivons où les annonceurs ont besoin d’atteindre efficacement des publics ciblés partout où ils consomment de l’information et du divertissement – souvent sur ​​plusieurs écrans à la fois » explique Randall Rothenberg, le président de l’IAB.

iab-pwc-2013

Mobile-Advertising

Alors qu’elles avaient déjà représenté 3 milliards de dollars (2,19 milliards d’euros à date, ndlr) et au premier semestre 2013 (contre 1,2 milliards de dollars sur la même période en 2012) aux Etats-Unis, les publicités sur mobile devraient connaître une forte progression en 2014 puisque 64% des marketers prévoient d’augmenter leurs dépenses dans ce domaine, devant les réseaux sociaux (47%) selon une étude réalisée par LinkedIn Marketing Solutions. Au final, elles devraient atteindre 33,1 milliards de dollars (24 milliards d’euros, ndlr) en 2015.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Niveau mobile, s’il y a bien un canal que trop boudent à
    tord, c’est bien le MMS. 
    J’obtiens des résultats plus que bon sur des campagnes
    drive to store et mes clients apprécient et se font tourner le MMS… Le résultats de ce test m’ont vraiment surpris ! J’ai jamais compris pourquoi ce canal n’était pas plus exploité ?

[E-publicité] Les infos à ne pas rater : +64% pour la publicité sur mobile en 2014, Horyzon Media fait le pari des temps forts…
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link