ActualitéAsieAsieFinTech

eBay et Tencent rejoignent KakaoTalk pour lancer une banque en ligne

De la messagerie instantanée à la banque en ligne. Tel est le grand écart que s’apprête à franchir KaKaoTalk. Cette application de discussion – qui fonctionne sur un modèle plus ou moins proche de WhatsApp ou de Viber -, a annoncé que Tencent et eBay viennent de se joindre à elle afin de lancer une nouvelle banque en ligne en Corée du Sud.

Le pays devrait en effet émettre cette année de nouvelles licences permettant d’ouvrir des banques ligne. Si les détails de l’opération n’ont pas été communiqués, les deux groupes chinois et américain devraient tous deux investir dans la nouvelle structure et obtenir moins de 4% des parts.

Pour Tencent, affronter Alibaba

Ce n’est pas la première fois que Tencent s’intéresse de près au secteur de la banque en ligne. L’entreprise, qui édite notamment la très populaire application WeChat en Chine (plus de 500 millions d’utilisateurs) avait déjà lancé une banque en ligne baptisée WeBank dans le pays afin d’élargir sa gamme de services.

Le groupe est notamment en concurrence avec Alibaba, le géant chinois de l’e-commerce, qui lui aussi a multiplié les investissements dans le secteur des FinTech en Asie. En juin, la firme fondée par Jack Ma avait ouvert une banque en ligne baptisée MYBank. La semaine dernière, il a investi dans PayTM, l’un des plus grands acteurs des paiements mobiles en Inde.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
eBay et Tencent rejoignent KakaoTalk pour lancer une banque en ligne
Gaming : Piepacker lève 12 millions de dollars auprès de Lego
Startups: Station F lance un programme pour les grands débutants en entrepreneuriat
Droits voisins: Facebook va rémunérer une partie de la presse française
PayPal
PayPal envisage de racheter Pinterest, l’action s’envole
[Appel à candidatures] Start Innovation Business Awards CIC : appel à projets jusqu’au 31 octobre
Atos: après une véritable série noire, le géant informatique français change de patron