ActualitéBusinessEuropeFrenchTechHealthcareLes levées de fondsRennes

E-santé: Follow réalise une première levée d’un million d’euros

Le montant

La start-up rennaise Follow annonce avoir réalisé sa première levée de fonds d’un montant d’1 million d’euros auprès de l’accélérateur West Web Valley, du fonds de Xavier Niel (Kima Ventures), et de business angels du monde de la santé. Lancée il y a un peu plus de deux ans, l’entreprise conçoit un logiciel médical en ligne (SaaS) permettant aux médecins de suivre l’évolution de leurs patients et d’optimiser leurs consultations.

Le marché

L’ergonomie de la solution a été pensée par spécialité. Avec son logiciel médical en ligne, la start-up souhaite répondre aux attentes des professionnels de la santé lassé des anciens logiciels. Elle espère ainsi participer à l’amélioration du diagnostic et du suivi des patients. Elle revendique plusieurs centaines de professionnels de la santé utilisateurs de sa plateforme. Une version 2 du logiciel va être lancée.

Les objectifs de la Start-up

Avec cette levée, Follow souhaite accélérer le déploiement de sa solution, accroitre sa force commerciale, aller plus loin sur le produit et développer de nouvelles spécialités.

Follow : les données clés

Fondateurs : Roman Collin, Marie de la Rochebrochard, Antoine Magliulo
Création : 2015
Siège social : Rennes
Activité : logiciel médical en ligne

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
E-santé: Follow réalise une première levée d’un million d’euros
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance