ActualitéArts et CultureBusinessInvestissementsLes levées de fondsTech

eSport : le club français GamersOrigin lève 3 millions d’euros

Le montant

Le club e-sport GamersOrigin a bouclé un troisième tour de table de 3 millions d’euros. Pour cette opération, la structure française a été accompagnée par Entrepreneur Venture et Florent Steiner, fondateur d’AdopteUnMec, via son fonds d’investissement Pinou Capital. La levée de fonds a été supervisée par Guillaume Merlini, le patron de GamersOrigin, et Maxime Sarthet, directeur financier du club, avec l’appui de la Société Générale et d’AngelSquare.

Le marché

Fondé en 2011 par Guillaume Merlini, alors âgé de 16 ans, GamersOrigin a vu le jour en tant que média s’intéressant à l’actualité des jeux vidéo avant de devenir un club professionnel d’e-sport à part entière à l’occasion du lancement d’Hearthstone en 2014. A ce jour, la structure française regroupe 24 joueurs professionnels autour de six licences différentes, dont Fortnite, League of Legends et Hearthstone. «L’e-sport a de multiples facettes et autant de champions, de championnats et de communautés que de jeux», estime Guillaume Merlini, fondateur et CEO de GamersOrigin. Le club français s’est d’ailleurs récemment distingué en accueillant Olivier Hay, alias «Luffy», l’un des meilleurs joueurs mondiaux de Street Fighter, qui a été sacré champion du monde de Street Fighter IV en 2014.

Sur le marché du sport électronique, les levées de fonds se multiplient avec des montants de plus en plus élevés. En novembre dernier, Team Vitality, l’un des principaux clubs e-sport français, a ainsi levé 20 millions d’euros auprès de l’entrepreneur et milliardaire indien Tej Kohli. Il s’agit de la levée de fonds la plus importante de la discipline en Europe. Quelques semaines auparavant, le club américain Cloud9 avait frappé encore plus fort en levant plus de 50 millions de dollars pour construire un complexe e-sportif à Los Angeles.

En plein essor, l’e-sport compte de plus en plus d’adeptes en France. Selon le premier baromètre de l’e-sport réalisé par Médiamétrie pour France Esports, près d’un Français sur dix regarde aujourd’hui des compétitions d’e-sport. Dans le détail, l’étude révèle que l’e-sport compte cinq millions de consommateurs et deux millions de pratiquants dans l’Hexagone. Une tendance qui est amenée à prendre davantage d’ampleur au cours des prochaines années. En France, l’e-sport bénéficie d’une vitrine de taille lors de la Paris Games Week qui permet au grand public d’assister à plusieurs tournois officiels organisés notamment par l’ESWC, l’un des principaux acteurs de la compétition de jeux vidéo (Hearthstone, Clash Royale, Street Fighter…).

Les objectifs

Ce financement doit permettre à la structure française de recruter de nouveaux profils pour renforcer son équipe et de créer un nouveau centre d’entraînement au coeur de Paris. Dans ce dernier, les joueurs bénéficieront d’un accompagnement plus poussé, notamment sur le plan médical, avec un suivi psychologique régulier et l’intervention d’ostéopathes pour leur permettre d’aborder les compétitions dans des conditions optimales, aussi bien mentalement que physiquement.

«Cette nouvelle levée de fonds représente l’occasion pour nous de franchir un palier et de poursuivre notre structuration dans un milieu dans pleine expansion. Nous avons l’ambition d’être présent de manière plus régulière sur la scène européenne et cette levée de fonds est l’un des leviers qui pourra nous permettre d’atteindre cet objectif», indique Guillaume Merlini.

GamersOrigin : les données clés

Fondateur : Guillaume Merlini
Création : 2011
Siège social : Paris
Activité : club e-sport
Financement : 3 millions d’euros en mars 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
eSport : le club français GamersOrigin lève 3 millions d’euros
La startup Element AI lève 150 millions de dollars pour aider les entreprises à adopter l’intelligence artificielle
Vers la fin des contenus clickbait sur Google?
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
[DECODE] Comment Instagram a fait exploser ses revenus publicitaires
Les offres d’emploi de la semaine
Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux
Libra: « Nous n’avons pas vocation à jouer les pirates »
[Made in Bordeaux] Ça bouge dans l’écosystème!
Enquête aux Etats-Unis sur un système de freinage automatique de Nissan
Téléconsultation: la consolidation se poursuit avec le rapprochement des startups Medadom et Docadom