A la uneActualitéArts et CulturesEurope

Face à Amazon et Netflix, l’échec du service Watchever de Vivendi se précise

La maison Vivendi est sur le point de fermer en Allemagne sa plateforme de vidéos à la demande par abonnement Watchever. Lancé en 2013 outre-Rhin, le service ne serait toujours pas rentable et n'aurait surtout pas réussi à se faire une place face aux offres d'Amazon et de Netflix, d'après les informations du site Variety. L'ambition du groupe de Vincent Bolloré de former un Netflix européen, en mutualisant les réseaux des participations du groupe (Telefonica, CanalPlay, MediaSet Premium et Watchever), est, de fait, remise en question.  

Les salariés des équipes techniques de la plateforme basée à Paris et à Marseille se verraient attribuer la mission de travailler sur un nouveau service de musique en streaming d'après le site américain. Quant au bureau à Berlin, il devrait fermer ses portes d'ici la fin de l'année, d'après Les Echos.

La plateforme proposait un catalogue de films allemands, européens et internationaux et des séries pour 8,99 euros par mois. Lors de son lancement, Vivendi, qui est déjà présent en Alllemagne, au travers de ses filiales Studio Canal et Universal Music, misait sur une adoption rapide de son service dans les foyers. «L’Allemagne est le plus grand marché des médias en Europe continentale et un marché prometteur pour des services «over-the-top» (OTT)», écrivait alors le groupe.  En 2015, Watchever présentait un nouvel outil de recommandation basé sur «un algorithme sophistiqué» afin de valoriser son catalogue. 

En Allemagne, Vivendi doit affronter les offres d'Amazon avec Prime Video mais aussi de Netflix. Outre-Rhin, la part de marché de la plateforme productrice de House of Cards atteignait 39% en 2016, et Amazon 36%, d'après une étude du cabinet Appinio menée auprès de plus de 5 400 jeunes allemands âgés entre 14 et 34 ans. Watchever, filiale à 100% de la branche Vivendi Village, ne représentait que 6% des parts de marché sur la VOD.

Vivendi traverse une période agitée sur ses offres de vidéos en ligne. Il y a quelques jours, Les Echos révélaient que Dailymotion, site dans lequel le groupe reprenait 90% des parts, avait vu ses effectifs fondre de près de moitié en un an. 

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This