ActualitéBusinessTelecom

Face aux sanctions américaines, Huawei veut se lancer dans les véhicules intelligents pour survivre

AFP

Le géant chinois des télécoms Huawei a indiqué lundi vouloir se lancer dans le secteur des véhicules intelligents et améliorer son système d’exploitation maison pour ses smartphones afin de faire face aux sanctions américaines. Considéré comme le leader mondial de la technologie 5G, le groupe s’est retrouvé au centre de la guerre commerciale sino-américaine, sur fond de rivalité technologique et de soupçons d’espionnage émis par Washington contre l’entreprise privée.

L’administration de l’ex-président Donald Trump a interdit aux compagnies américaines de commercer avec Huawei, coupant ainsi l’approvisionnement du groupe chinois en composants indispensables à ses produits -notamment à ses smartphones. Dans ce contexte, le PDG de l’entreprise, Eric Xu, a indiqué lundi qu’elle prévoit d’investir un milliard de dollars dans la conception de systèmes pour véhicules électriques ou utilisant l’intelligence artificielle. Il a précisé que le développement de ces nouveaux produits se ferait en collaboration avec des constructeurs automobiles chinois.

Selon Eric Xu, Huawei prévoit également de se développer dans les secteurs de l’informatique en nuage (« cloud »), des logiciels, ou encore des applications mobiles adaptées aux futures connexions 5G ultrarapides. « Avec ces ajustements de notre portefeuille, nous sommes persuadés que nous pourrons survivre », a déclaré M. Xu devant des analystes du secteur, lors d’une réunion au siège de Huawei à Shenzhen (sud de la Chine).

Pression sur leurs alliés

Outre les sanctions infligées au groupe chinois, les États-Unis font également pression sur leurs alliés pour les dissuader de recourir aux services de Huawei pour leurs réseaux 5G. Le groupe chinois a chiffré à au moins 10 milliards de dollars (9,1 milliards d’euros) les pertes causées jusqu’ici par les mesures américaines. Et la nouvelle administration du président Joe Biden, entrée en fonction en janvier, n’a pour l’heure pas manifesté son intention de desserrer l’étau sur Huawei.

Le groupe chinois est le plus grand fournisseur mondial d’équipements pour réseaux télécoms. Huawei fait partie des principaux fabricants mondiaux de smartphones mais a vu ses ventes baisser sur fond de difficultés à obtenir des composants. Empêché par les sanctions américaines d’installer Android sur ses téléphones, le groupe chinois a également fait part lundi de son intention d’améliorer son système d’exploitation maison. Mais les spécialistes du secteur estiment qu’il sera difficile de créer un concurrent sérieux face aux ultradominants systèmes Android (de Google) et iOS (d’Apple).

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Face aux sanctions américaines, Huawei veut se lancer dans les véhicules intelligents pour survivre
Buy now, pay later: soutenue par Amazon, la startup indienne Capital Float lève 50 millions de dollars
Le jour où j’ai appris la date de la mort de ma startup
Bonsoirs: comment Nicolas Morschl a lancé sa DNVB de linge de maison
esport
Sept studios indépendants de jeu vidéo lèvent 100 millions d’euros pour fonder un nouvel éditeur
Swan
Banking-as-a-Service: la FinTech Swan lève 16 millions d’euros auprès d’Accel
10 ans après son arrivée en France, Outbrain veut devenir l’alternative des GAFA auprès des éditeurs et des annonceurs