ActualitéBusinessTech

Facebook attaqué en justice par le régulateur australien dans l’affaire Cambridge Analytica

AFP

L’organe australien de contrôle du respect de la vie privée a annoncé lundi un recours contre Facebook, qu’il accuse de « manquements systématiques » pour avoir exposé plus de 300 000 Australiens aux actes de tromperie de la firme britannique Cambridge Analytica. Le Bureau de la Commissaire australienne à l’Information a annoncé des poursuites contre le géant californien, en accusant Facebook « d’intrusions graves et/ou répétées dans la vie privée » de ces utilisateurs. La Commission affirme que les informations personnelles des utilisateurs australiens ont été récupérées sans leur consentement par l’application de tests psychologiques « This Is Your Digital Life », et ont ensuite été indûment transmises à la firme Cambridge Analytica (CA).

Le cabinet britannique, qui a travaillé avec l’équipe de campagne de Donald Trump pour la présidentielle en 2016 aux Etats-Unis, a été dissous en 2018, après la révélation du scandale. Cambridge Analytica proposait à des utilisateurs du réseau un « test de personnalité » dans des termes « faux et trompeurs », affirmant notamment qu’il ne téléchargerait pas les noms des personnes ni des informations permettant de les identifier. Le scandale a éclaté grâce à des révélations de lanceurs d’alerte dans la presse expliquant que la firme avait créé des profils psychologiques de millions de personnes, à leur insu, grâce à l’analyse des données, dans le but de prédire leur comportement et de les influencer.

Au terme d’une longue enquête, l’Agence fédérale américaine de régulation du commerce, la FTC, avait conclu en décembre que Cambridge Analytica avait trompé les utilisateurs de Facebook sur sa façon de collecter et de traiter leurs informations personnelles. Elle avait accusé CA d’avoir « récolté les informations personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook pour réaliser des profils d’électeurs à des fins de ciblage ». Le régulateur australien avait entamé il y a deux ans sa propre enquête, et la plainte annoncée lundi est la première décision qui émane de ses investigations.

Amande de 5 milliards de dollars l’été dernier

« Les paramètres par défaut de Facebook ont facilité la révélation des informations personnelles, y compris d’informations sensibles, au détriment de la vie privée » des utilisateurs, a déclaré la Commissaire australienne à l’Information, Angelene Falk. « Nous affirmons que ces actions ont eu pour conséquence que les données personnelles de 311 127 utilisateurs australiens de Facebook puissent être vendues et utilisées à des fins qui incluent notamment le profilage politique, et qui vont bien au-delà des attentes des utilisateurs. » 

L’enquête interne de Facebook avait établi que les données de 87 millions d’utilisateurs américains et étrangers avaient été compromises par CA et assuré que les pratiques de la firme britannique enfreignaient son règlement. Dans un communiqué, le groupe américain a dit avoir « activement échangé » avec les enquêteurs australiens, mais se refuse à toute précision, en expliquant que l’affaire est désormais devant la justice.

Le géant des réseaux sociaux a payé une amende record de 5 milliards de dollars l’été dernier pour sa mauvaise gestion des données privées de ses utilisateurs et accepté de mettre en place certains changements de gouvernance négociés avec la FTC. Il a également écopé au Royaume-Uni d’une amende de 650 000 dollars.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Facebook
Facebook attaqué en justice par le régulateur australien dans l’affaire Cambridge Analytica
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch
Pourquoi LGO, la plateforme crypto de Frédéric Montagnon, fusionne avec Voyager