ActualitéArts et CulturesBusinessStartupStartup du jour

[FW Radar] Outbuster se rêve en Netflix des films indépendants

Lancée en juin 2016 par Etienne Metras, Charles Granet et Guillaume Boutin (SensCritique), Outbuster est une plateforme de films à la demande. Ces derniers ne sont pas les blockbusters américains mais des films indépendants.

Plus de détails avec Etienne Metras, cofondateur d'Outbuster.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

etienne-metrasEtienne Metras, cofondateur d'Outbuster: L’idée d’Outbuster part du constat qu’aujourd’hui à peine 10% des films produits dans le monde sont diffusés en France alors que 100% d’entre eux ont un impact plus ou moins significatif sur les réseaux sociaux. La conséquence est qu’aujourd’hui on parle sur Facebook (et autres) de films qu’on ne pourra jamais voir… Nous répondons à cette frustration en allant chercher les pépites au sein de ces films «invisibles», ceux qui émergent sur les réseaux grâce aux festivals et/ou aux succès sur leur territoire d’origine, pour les proposer en exclusivité dans une expérience digitale inspirée de celles des salles.

Quelle est votre proposition de valeur?

Nous proposons des films accessibles à la séance (3 euros) ou via un abonnement mensuel (9 euros) dans le cadre d’un service de vidéo à la demande qui reprend les codes de la salle: de l’inédit, de l’exclusif, des sorties tous les mercredis, peu de profondeur de catalogue mais un renouvellement constant. La valeur de notre offre repose essentiellement sur la qualité de notre sélection éditoriale très complémentaire de celles des salles: près de 80% de nos films sont étrangers, non Américains (alors que plus de 91% des écrans en salles sont occupés par des films US ou FR) et ils sont tous recommandés par le bouche-à-oreille.    

Qui sont les utilisateurs de votre solution?

Nous intéressons toutes les personnes curieuses de cinéma et frustrés par l’uniformité de la proposition salles ou VOD actuelle. Des cinéphiles de tous âges qui veulent découvrir autre chose que Franck Dubosc en maillot de bain ou le dernier super héros en collant… Ces «cinéphages» connectés regardent des films sur tous les écrans, en salles, comme à la TV, comme en VOD. Ils s’intéressent à tous types de cinéma, du cinéma d’auteur à la comédie populaire… Et ça tombe bien puisque c’est ce que nous leur proposons: de la comédie danoise au thriller coréen en passant par le drame mexicain.

Qui sont vos concurrents?

Nos concurrents principaux sont les grosses plateformes de vidéo à la demande (Netflix, Canalplay…). Ce ne sont toutefois pas des concurrents directs car aucune ne se positionne sur de l’inédit, de l’exclusif, de l’étranger et de la sélection.

Quel est votre plan de développement?

A l’étape où nous en sommes, celle d’amorçage, notre enjeu principal est le recrutement. Les fonds que nous recherchons actuellement (300 000 euros) seront donc essentiellement consacrés à du marketing. L’étape suivante est l’élargissement de la distribution du service à d’autres réseaux en local (l’IPTV notamment) et à l’international où existe également, et davantage, une frustration des cinéphiles vis-à-vis des réseaux traditionnels de diffusion. Enfin nous nous attaquerons au développement de features sociales venant enrichir la vie de nos communautés…

Quels sont vos enjeux?

Notre premier enjeu est clairement celui du recrutement client. Pour un autre cinéma, il faut imaginer de nouveaux moyens de communication. Notre cœur de cible est imperméable aux leviers media traditionnels. Nous misons donc essentiellement sur la prescription «sociale» via des innovations permanentes sur les réseaux sociaux (comme l’utilisation du FB LIVE pour de la diff événementielle). Notre second enjeu repose sur notre capacité à exporter notre modèle à l’étranger…

[tabs][tab title= »Outbuster : Les données clés »]

Fondateurs : Etienne Metras, Charles Granet et Guillaume Boutin (SensCritique)

Date de création : Création de la société le 21 janvier 2016. Ouverture public le 15 juin 2016

Levée de fonds : 22 000 euros avec une campagne de crowdfunding sur KissKissBankBank

Siège : Boulogne-Billancourt

Capital : 10 000 euros

[/tab] [/tabs]

Lire aussi:

Tags

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This