ActualitéTech

Gameloft affiche une perte de 24,2 millions d’euros en 2015

Gameloft vient de publier les résultats financiers de son exercice 2015. L'éditeur de jeux comme Asphalt fait état d'un chiffre d'affaires de 256,2 millions d'euros, en hausse de 13%, mais le résultat net est cependant dans le rouge avec une perte de 24,2 millions d'euros.

Amélioration de la marge brute

« Le plan stratégique 2015 qui s’est traduit par une réorganisation globale des équipes et une forte réduction des coûts a commencé à porter ses fruits. Le coût de cette transformation qui a porté sur près de 20% des effectifs de la société dont 850 suppressions de postes a pesé sur le résultat net de l’exercice mais a permis de restaurer la rentabilité opérationnelle de Gameloft dès le second semestre de l’exercice 2015», a déclaré Michel Guillemot, PDG de Gameloft.

Par ailleurs, l'entreprise française a tenu à préciser que sa marge brute s'est améliorée, à 85%, contre 82% un an plus tôt. Et en ce qui concerne la monétisation, elle souligne avoir signé avec une dizaine de plateformes de publicités programmatiques.

OPA de Vivendi

La publication de ces résultats survient alors que l'entreprise veut échapper à l'OPA qu'a lancée Vivendi. Le groupe de Vinvent Bolloré, qui détient 30% du capital de Gameloft, avait présenté déposé une offre le 18 février auprès de l'AMF, celle-ci ayant été rejetée à l'unanimité des membres de conseil d'administration de l'entreprise.

L'AMF a toutefois estimé conforme l’offre publique d’achat de Vivendi sur les actions Gameloft. L'éditeur de jeux annonçait le 18 mars qu'il «déposera un recours contre cette décision devant la Cour d’appel de Paris dans les prochains jours», indique alors la société dans un communiqué.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Gameloft affiche une perte de 24,2 millions d’euros en 2015
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance