AcquisitionActualitéBusinessInvestissementsTech

Gemalto, le leader mondial des cartes SIM, tombe dans le giron de Thales

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Après plusieurs semaines d’incertitudes, c’est finalement Thales qui a eu le dernier mot. Le spécialiste de l’électronique de défense s’apprête à racheter Gemalto, le numéro un mondial des cartes SIM. Recommandée par le conseil d’administration de Gemalto, l’offre de rachat de Thales valorise le groupe à 4,8 milliards d’euros. Quelques jours plus tôt, le leader des cartes à puces avait refusé une offre du groupe informatique Atos qui valorisait Gemalto à hauteur de 4,3 milliards d’euros, soit 500 millions d’euros de moins que l’offre avancée par Thales. Atos a fait savoir qu’il ne donnerait pas suite à sa proposition initiale. Une fois l’opération définitivement approuvée par les actionnaires et les autorités de la concurrence, la transaction devrait être finalisée au second semestre 2018.

Issu d’une fusion en 2006 entre les fabricants Gemplus et Axalto, qui étaient tous deux leaders sur le segment de la carte SIM, le groupe Gemalto était en difficulté depuis le début de l’année en raison de la détérioration du marché des cartes SIM, qui atteint désormais son seuil de saturation. Dans ce contexte, le groupe franco-néerlandais avait révisé ses objectifs à la baisse en juillet dernier, entraînant de facto une chute de la société en Bourse.

Le plan de suppression de 288 emplois en France maintenu

Contraint d’accuser le coup, le spécialiste des cartes SIM avait dévoilé le 30 novembre dernier un plan de suppression de 288 emplois en France, soit 10% des effectifs de Gemalto dans l’Hexagone. Malgré le rachat de l’entreprise par Thales, Philippe Vallée, le directeur général de Gemalto, a confirmé le maintien de cette réduction des effectifs. En revanche, Thales n’a pas l’intention de supprimer davantage d’emplois dans l’immédiat et s’engage même à «préserver l’emploi dans les activités françaises de Gemalto au moins jusqu’à fin 2019». Le spécialiste de l’électronique de défense s’est pour l’heure contenté «d’accueillir chaleureusement les 15 000 employés» de Gemalto au sein de son groupe.

Si l’annonce du rachat du leader mondial des cartes SIM par Thales a étonné le marché, Philippe Vallée a révélé sur BFM Business que les deux groupes discutaient en réalité «depuis plusieurs mois», bien qu’il aurait «préféré développer l’entreprise de manière autonome». L’essoufflement du marché des cartes SIM a finalement eu raison du développement solitaire et indépendant de Gemalto. Pour se relancer, le groupe franco-néerlandais mise désormais sur l’essor de l’e-SIM, la carte SIM intégrée aux appareils mobiles qui remplacera prochainement la carte SIM classique. L’Internet des objets ouvre également de nouvelles perspectives à Gemalto. L’an passé, Olivier Piou, l’ancien directeur général du groupe, expliquait chez FrenchWeb que Gemalto réalisait 300 millions d’euros de chiffre d’affaires dans le cadre de ses activités IoT, qui n’existaient pas quatre ans auparavant.

Bouton retour en haut de la page
Gemalto, le leader mondial des cartes SIM, tombe dans le giron de Thales
Luxe: la stratégie de Monnier Paris pour séduire la génération Z
Deezer s’écroule pour ses premiers pas à la Bourse de Paris, dans un contexte « difficile »
FinTech : les levées de fonds ralentissent au premier semestre
Le député MoDem Jean-Noël Barrot nommé ministre délégué au Numérique
Pixmania, la nouvelle aventure entrepreneuriale de Steve et Jean-Emile Rosenblum
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media