ActualitéInvestissementsTech

Google mise sur l’intelligence artificielle made in Germany

Google vient d’investir dans le German Research Centre for Artificial Intelligence (DFKI) via sa filiale Google Germany, rapporte TechCrunch. Si le montant de l’opération n’est pas connu, le site d’information américain précise toutefois que cet investissement permet à la firme de Mountain View d’obtenir un siège au board de l’organisation.

Fondée en 1988, le DFKI développe des solutions en matière de gestion des connaissances, d’innovation robotique, l’ «embedded intelligence» ou encore de vision augmentée. Aujourd’hui, ce centre regroupe plus de 450 chercheurs et plus de 370 étudiants diplômés.

Plusieurs investissements dans l’AI

Parmi les actionnaires du DFKI, on retrouve notamment de nombreux éditeurs de logiciels comme Microsoft, SAP ou même des industriels comme BMW et Airbus. L’Union européenne et le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche financent également l’organisation aux côté d’autres institutions publiques allemandes.

Ce n’est pas la première fois que Google s’intéresse de près à l’intelligence artificielle. L’an passé, le groupe américain avait mis la main sur DeepMind pour plus de 400 millions de dollars. Un an plus tard, sur son site Internet, cette start-up reste encore assez évasive sur son activité : «nous combinons les meilleures techniques du machine learning à la neurosciences des systèmes pour construire des algorithmes d’apprentissage puissants à usage général ». Google avait également racheté en 2013 Boston Dynamics, une entreprise qui a développé des robots capables de marcher.

Bouton retour en haut de la page
Google mise sur l’intelligence artificielle made in Germany
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?