ActualitéTransport

Google préparerait un concurrent… d’Uber

Alors qu’Uber doit affronter les autorités régulatrices dans de nombreux pays, le géant du secteur des véhicules de tourisme avec chauffeur pourrait bientôt voir un nouveau concurrent l’affronter. Et pas n’importe lequel : Google préparerait une offre similaire de réservations de véhicules, selon Bloomberg. Le média américain explique même qu’Uber aurait été contacté par Google pour l’informer de ce service.

Enfin, toujours selon Bloomberg, ce nouveau projet de Google fonctionnerait en relation avec « Google Car », le projet de voiture sans conducteur de la firme de Mountain View. On en sait cependant pas davantage.

Uber valorisé 40 milliards de dollars

Les deux entreprises se connaissent pourtant bien. Google avait même investi, via son fonds Google Ventures, 258 millions de dollars dans Uber en août 2013. Depuis, la société fondée par Travis Kalanick en 2009 a multiplié les levées de fonds.

Fin janvier, elle bouclait un nouveau tour de table de 1,6 milliard de dollars alors qu’elle était déjà valorisée 40 milliards de dollars. Le Chinois Baidu y avait également investi 600 millions de dollars peu avant afin d’aider Uber à se développer en Chine. Présent dans une cinquantaine de pays, le service couvre aujourd’hui plus de 250 villes.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Google préparerait un concurrent… d’Uber
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?