ActualitéCrowdfunding

Google va utiliser Lending Club pour aider ses partenaires à se financer

Lending Club vient d’annoncer le lancement d’un nouveau programme avec Google visant à faciliter l’accès au crédit pour les partenaires de la firme de Mountain View. Ces derniers sont les membres du programme Google for Work qui regroupe un réseau de 10 000 sociétés dans le monde qui distribuent les applications et les services du géant américain dans les entreprises. Il peut s’agir de revendeurs ou même de consultants.

Google pourra racheter les crédits

Pour l’instant, seuls les revendeurs américains sont éligibles à ce nouveau programme explique-t-on. Concrètement, ils pourront obtenir jusqu’à 600 000 dollars sous forme de crédit de deux ans, principalement lorsqu’il s’agit de financer des programmes de croissance.

Surtout, ce nouvel accord autorise Google a racheter les crédits. « Ce programme permet à Google d’investir son propre capital dans la croissance de ses partenaires » explique Renaud Laplanche, le Français qui a fondé la plate-forme de financement participative.

6,2 milliards de dollars de crédits octroyés

Google n’a pas choisi Lending Club par hasard pour aider ses partenaires à financer ses services. Outre le fait que le site soit de loin leader sur le segment du prêt de pair à pair, Google y avait investi 125 millions dans dollars en 2013.

En décembre, Lending Club a levé 870 millions de dollars lors de son introduction en Bourse sur le New York Stock-Exchange, pour une valorisation de 5,4 milliards de dollars. Fondée en 2006, la société affirme que plus de 6,2 milliards de dollars de crédits ont déjà été octroyés sur sa plate-forme à date, pour plus de 595 millions d’intérêts payés.

Bouton retour en haut de la page
Google va utiliser Lending Club pour aider ses partenaires à se financer
NSO Group: le fabricant du logiciel d’espionnage controversé Pegasus ouvre une enquête
Les données des consommateurs, nouvelle mine d’or de la grande distribution depuis l’avènement de l’e-commerce
Cajoo
Quick commerce: pourquoi la livraison rapide à domicile peine à être rentable
[Livre Blanc] Comment surfer sur la vague du sales enablement ?
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom