ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsRetail & eCommerce

Habiteo, nouvel acteur de l’immobilier neuf en ligne: le marché est-il prêt ?

En janvier 2014, 2,5 millions de Français espéraient bientôt devenir propriétaires d’un bien immobilier selon l’édition de septembre 2014 de l’Observatoire du moral immobilier de Logic-Immo/TNS Sofres. La tendance est à la baisse, ils étaient 3 millions l’année dernière.

Si 98% des acquéreurs utilisent le web pour faire des recherches ( Enquête Habitat 2014 de PAP), sont-ils pour autant prêts à passer commande directement en ligne dans le cas d’un bien neuf ?  C’est le pari que font les créateurs d’Habiteo, un nouveau site de vente d’immobilier neuf lancé cette semaine par des professionnels de l’immobilier et des anciens de LaFourchette. Les potentiels acquéreurs pourront s’engager sur un appartement directement en ligne, ce qui différencie ce site d’autres comme Explorimmo ou PAP, qui permettent seulement une première prise de contact. Concrètement, Habiteo propose aux internautes de réserver un appartement neuf directement en ligne, sans passer par la case « rendez-vous physique avec un promoteur ». Ils signeront un contrat de pré-réservation en VEFA (vente en état de futur achèvement) grâce à une signature électronique, via la plate-forme agréée Universign.

Des visites virtuelles non contractuelles

Les promoteurs Quanim et Domus Vi sont les premiers à saisir l’opportunité Habiteo. Les internautes pourront eux profiter de visites virtuelles, des modélisations des plans d’architecte pour se faire une idée du bien. Mais attention, « tout ça n’est pas contractuel » prévient Jeanne Massa, co-fondatrice d’Habiteo. Seuls le seront le plan de l’appartement et les annexes techniques au contrat, téléchargeables en ligne. Dès lors, les futurs investisseurs seront-ils assez en confiance pour s’engager directement en ligne ? « Si les internautes ne sont pas suffisamment rassurés, on pourra les recevoir » assure Jeanne Massa. Des accords semblent prévus avec les promoteurs mais aucun conseiller n’a pour l’instant été embauché par Immo Digital Services (IDS), la start-up qui édite Habiteo, qui se financera en prélevant directement un pourcentage du montant de la vente. Elle transpose ainsi sur Internet le modèle de catalogues comme comme Explorimmoneuf du groupe Figaro Classifieds.

Dans les Bouches-du-Rhône, l’un de ses concurrents s’appelle Toulelogementneuf.com. Fondé en mai 2013 par la société Proneuf.com – six personnes, 1 million d’euros de recettes revendiquées en 2013-, ce site a pour objectif de regrouper la majeure partie des lots neufs mis en vente par des promoteurs dans la région. A la différence près qu’il s’agit d’une vitrine, « nous sommes une sorte de déclinaison de l’agence immobilière pour le neuf » décrit Patrice Amate, le fondateur de la société. Les lots sont triés par type de bien et non par promoteurs, contrairement à ce que propose Habiteo, le prospect est systématiquement renvoyé vers un conseiller qui le recevra physiquement plusieurs fois avant toute signature.

« Le concept de ne passer que par Internet, je n’y crois pas du tout »

Le pari de la vente d’immobilier neuf sur Internet est de toute évidence risqué. D’autant plus que ce marché est de plus en plus déprimé en France: entre novembre 2013 et janvier 2014, les mises en chantier ont reculé de 9,2% sur un an, à 85 062 unités, selon les chiffres communiqués par le ministère du Logement. Entre février 2013 et janvier 2014, le nombre de mises en chantier a été de 331 303 logements, l’un des plus bas niveaux depuis 2004. Dès lors, qu’est-ce qui pousse ces nouveaux acteurs comme Habiteo ou Toutlelogementneuf à se lancer? « Actuellement, on est dans la recherche d’un nouveau canal de distribution pour l’immobilier neuf, qui s’appuierait encore plus sur Internet » fait remarquer Roland Tripard, président de SeLoger.com, champion de l’immobilier en ligne.

En face de sites comme le sien, dont le modèle économique est celui d’un média facturant une certaine visibilité aux promoteurs, commencent à se positionner d’autres acteurs qui poursuivent un objectif: désintermédier le marché, sur un modèle de rémunération à la vente, comme Toutlelogementneuf.com ou Habiteo. « Aujourd’hui, les acteurs du marché (immobilier, ndlr) se demandent dans quelle mesure l’étape de la prise d’informations d’une part et celle de la signature d’un pré-contrat d’autre part, peuvent être fusionnées en une seule. On observe un processus d’unification » note Roland Tripard.

Reste à ces nouveaux intermédiaires à réussir à susciter suffisamment de confiance pour convaincre un internaute de passer à l’acte, dans un contexte où le montant moyen de l’enveloppe investie atteint 240 000 euros. Patrice Amate, de Toutlelogementneuf.com n’y croît pas: « Internet, c’est la facilité. Les gens font des demandes de renseignements tous azimuts sans qu’il y ait derrière une véritable volonté d’achat » regrette-t-il. Selon lui, il faut dissocier les simples curieux des vrais acquéreurs. Et pour cause: seuls 2 à 3 % des demandes d’informations effectuées via son site débouchent sur une vente. « Les vrais acquéreurs veulent être rassurés, accompagnés. Le concept de ne passer que par Internet, je n’y crois pas du tout » tranche-t-il.

IDS, la société éditrice du site, a bouclé une levée de fonds de 500 000 euros le 6 mars dernier. « Les trois co-fondateurs: Denis Fayolle, Jean-Claude Szaleniec et moi même participons à hauteur de 80%, le reste de cette levée de fonds provient d’investisseurs privés du secteur immobilier qui désirent rester anonymes pour l’instant » annonce la directrice générale d’IDS. Une partie des fonds levés en mars ont déjà été dépensés: « On a créé un backoffice de gestion de programme, une interface web pour modéliser les plans des architectes » raconte Jeanne Massa, ex-Directrice des Operations Europe de LaFourchette.com. 20% de de l’apport en financement sera consacré au développement des prochaines versions du site; 10% à une première campagne marketing online et offline (retargeting, panneaux publicitaires…). Une application iOS est prévue fin juin, son développement est l’un des projets immédiats. Côté effectif, IDS réunit les trois co-fondateurs et un salarié : le directeur technique, Julien Frelat. Jeanne Massa ne souhaite pas dévoiler le chiffre d’affaires prévisionnel sur 2014 mais confie viser la rentabilité à la fin de l’année en cours, avec 200 programmes immobiliers disponibles, contre trois à ce jour.

En Asie, les sites leaders dans l’immobilier s’appellent iProperty, SouFun ou encore Rumah123. Le premier est le site leader en Malaisie, propriété du fonds australien IPGA Limited. iProperty existe en différentes versions pour couvrir également les marchés de Singapour, Hong-Kong, d’Inde, et celui des Philippines. Le deuxième, SouFun, qui totalisait le plus grand nombre de pages vues en Chine en 2012, couvre 320 villes dans l’Empire du Milieu. Enfin, le troisième, Rhuma123, est le site le plus visité en Indonésie, avec 140 000 offres sur tout type de biens à louer ou à acheter.

Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Le marché sera prêt. Il y avait également beaucoup de doutes sur la vente en ligne de voitures et les derniers sondages donnent maintenant 48% d’intention d’achat online ! Il faut lancer son site avant que le marché soit prêt, afin d’être prêt et présent lorsqu’il le sera :)

Habiteo, nouvel acteur de l’immobilier neuf en ligne: le marché est-il prêt ?
[DECODE Quantum] A la rencontre de Théau Peronnin et Raphaël Lescanne (Alice&Bob)
Pourquoi la Banque centrale du Brésil bloque le projet de paiement via WhatsApp
[DECODE Market] connaissez vous l’histoire du NASDAQ?
Télécoms: T-Mobile US fixe le prix de vente de ses actions transférées de SoftBank
Instagram
Face à TikTok, Instagram va tester sa fonctionnalité Reels en France et en Allemagne
Storelift lève 5 millions d’euros pour déployer ses magasins de proximité connectés
Copy link