BusinessDecode BusinessRetail & eCommerceTV

Impak mêle cashback et blockchain pour récompenser la consommation responsable

Pour créer Impak, Paul Allard, co-fondateur, est parti du principe que la population a envie que les choses changent, notamment sur le plan de la consommation responsable, mais qu’elle ne sait pas forcément comment s’y prendre. Pour leur répondre, la solution proposée par l’entrepreneur d’origine québécoise mêle cashback et blockchain.

«Nous avons créé une place de marché d’entreprises toutes qualifiées et identifiées comme visant à avoir un impact positif, environnemental et/ou sociétal. De son côté, le consommateur télécharge l’application, enregistre ses méthodes de paiement, ce qui nous permet de tracer ses consommations. Et quand il consomme auprès des entreprises qualifiées, nous le récompensons», détaille Paul Allard.

Déjà 100 entreprises impliquées en France

Le système fonctionne sur la blockchain. À chaque achat en ligne ou en magasin auprès des entreprises Impak, le consommateur recevra des Impak Coins qu’il pourra utiliser lors de prochains achats. L’entreprise vise un cashback entre 3% et 5%. La plateforme a récemment été lancée en France pour commencer à construire l’écosystème et l’application sera disponible à partir de début 2019. Au Canada, elle a été lancée en août et 10 000 personnes ont déjà ouverts un compte. Côté commerçants, en France, 100 entreprises ont rejoint la communauté Impak comme Biocoop, la Camif, Enercoop, Picture Organic Clothing ou encore Squiz.

Pour pré-vendre des Impak Coins, l’entreprise a lancé une ICO au Canada en 2017 et levé 1,4 million de dollars en échange d’1,5 millions d’impak Coins. L’entreprise était même parvenue à faire approuver sa monnaie par l’AMF canadienne. Une ICO française a également été lancée et est ouverte au grand public depuis ce jeudi.

Impak se rémunère auprès de fonds d’investissement d’impact en leur offrant un service de qualification d’entreprises d’impact, ainsi qu’un tableau de bord qui trace et mesure les retours des investissements. L’entreprise prélève également une commission sur les transactions, dont elle ne révèle pas le montant, mais précise qu’il s’agira d’une source de revenu minoritaire . Pour qualifier les entreprises qui peuvent s’inscrire sur la plateforme, Impak s’appuie sur une méthodologie tirée du Impact Management Projet. Elles doivent ainsi être en conformité avec un ou plusieurs des 17 Objectifs de développement durable ( ODD ) des Nations Unies.

Retrouvez l’interview complète de Paul Allard, co-fondateur d’Impak:

Plus d'infos

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRH Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This