/ InsidersActualité

[INSIDERS] RH: Easyrecrue ouvre un bureau à Dubaï

#RH: Easyrecrue ouvre un bureau à Dubaï

Easyrecrue, la start-up éditant des applications qui permettent d’intégrer de la vidéo au recrutement, s’exporte à Dubaï. La start-up parisienne, qui revendique plus de 450 clients en Europe, souhaite ainsi pouvoir couvrir le Proche et Moyen Orient, de l’Egypte à la Turquie en passant par l’Arabie saoudite, dès l’ouverture de son bureau prévue début juillet.

Lancé en 2013 par Mickaël Cabrol, Easyrecrue offre sur sa plateforme de multiples services permettant de recruter par la vidéo. L’entreprise a identifié des besoins au Moyen Orient de la part des entreprises locales. Elle a en effet d’ores et déjà signé des contrats dans la région comme avec Chalhoub, spécialisé dans le retail de luxe.

La start-up française prévoit également de faire traduire sa solution en arabe d’ici 2020 pour séduire d’éventuels partenaires locaux. «D’un point de vue business, les Dubaïotes, et les Emiratis en général, apprécient un partenariat local, ce qui est en phase avec les choix de développement d’Easyrecrue.», explique Florent Sentenac, l’un des premier membre d’Easyrecrue, qui sera à la tête de cette filiale à Dubaï.

#IoT: la nouvelle promotion de l’accélérateur French IoT (La Poste) dévoilée

French IoT, l’accélérateur du groupe La Poste qui soutient des start-up développant des services connectés, dévoile les 15 lauréats de cette année. Ces derniers auront accès à un programme de six mois visant à accélérer leur développement et pourront intégrer le vivier de 250 start-up gravitant autour du groupe La Poste. Ils pourront également bénéficier du soutien de ses 9 partenaires, dont Altarea-Cogedim, le Fonds Innovation & Recherche de la Fédération Hospitalière de France, Malakoff Médéric ou encore le Groupe RATP.

Crédit: French IoT

Pour cette cinquième édition, le concours ouvert aux start-up du monde entier s’adressait à des structures tournées vers cinq thématiques: santé, services, SmartCity & mobilité, deep tech, gov & civic tech.

 

Retrouvez la liste des lauréats:

 

Santé:

ExactCure
o« Jumeau numérique » permettant de tester et d’améliorer le
traitement par médicament du patient. 
WiStim
o Application pour accompagner et faciliter le parcours des couples
en PMA (procréation médicalement assistée). 
AUM Biosync
o Solution de management des performances des équipes

opérationnelles de secours et d’urgence, travaillant 24h/24.

Services:

o The Box, 1er emballage durable et intelligent pour le monde du e-
commerce. 
Pickeos
o Solution de guidage lumineux facilitant les recherches dans les

zones de stockage.

Ido-data
o Dial, bracelet connecté d’alerte et de localisation pour les adeptes
de sports nautiques. 
o Nouvelle génération d’assistants virtuels pour favoriser

l’intelligence collective dans les entreprises.

 

Smart City & Mobilité

Nielsen Concept
o Mobilypod, station prête à poser, multi-services et digitale pour
vélos et trottinettes. 
Stimergy
o Solution de récupération de chaleur produite par les serveurs
informatiques et injectée dans les réseaux d’eau chaude d’un
immeuble. 
SmartHab
o Opérateur de solutions de logement intelligent et connecté pour

l’immobilier résidentiel.

 

Deep Tech

o Intelligence artificielle d’analyse du langage pour l’automatisation
et l’assistance des métiers. https://golem.ai
OneVisage
o Solution digitale d’authentification pour les transactions
numériques. 
KeoPass
o Clé pour générer des mots de passe robustes à partir des

empreintes digitales.

 

Gov & Civic Tech

Pitangoo
o 1er outil de développement personnel dédié aux jeunes pour
faciliter leurs choix d’orientation. 
EA4T
o Plateforme agnostique pour créer des assistants personnels
numériques pilotés par la voix, dédiés aux entreprises et aux

collectivités

 

#Cybersécurité: la France comptera 5 à 600 entreprises particulièrement protégées

 

AFP – La France devrait compter à terme 5 à 600 grandes entreprises ou institutions soumises à des obligations particulières en matière de cybersécurité, a indiqué jeudi un responsable de l’Anssi, le gardien de la sécurité informatique française. Ces entreprises sont des opérateurs d’importance vitale (OIV), dont l’activité est stratégique pour l’économie (énergie et transports par exemple), et les opérateurs de service essentiels (OSE), soumis à un cahier des charges un peu moins contraignant. Il existe environ 200 OIV, et les OSE sont en cours de désignation par l’État, en application d’une directive européenne de juillet 2016. « Ils sont 122 aujourd’hui, il y aura une deuxième vague d’ici la fin de l’année, et une troisième vague en 2020», a expliqué Patrice Bigeard, un responsable de l’Anssi (Agence nationale de sécurité des systèmes d’information), lors d’une convention organisée à Paris par l’éditeur d’antivirus Eset.

Crédit : Shutterstock.

L’Anssi est chargée d’aider l’Etat à définir la liste des opérateurs visés, qui est confidentielle. Elle vérifie ensuite l’application par les entreprises de leurs obligations. L’énergie, les transports, la santé, les banques, les infrastructures numériques, la gestion de l’eau sont particulièrement concernés par le statut d’OSE. Mais l’Anssi propose de rajouter certains secteurs comme l’assurance, l’éducation (Parcoursup notamment) et l’assainissement des eaux, a expliqué M. Bigeard. Pôle emploi et des opérateurs de restauration collective pourraient également être concernés, a-t-il indiqué.

L’Anssi escompte que « par capillarité », l’effort de sécurité informatique demandé à ces opérateurs va se diffuser « aux fournisseurs, aux prestataires de rang 1 et rang 2», a-t-il souligné. Le responsable de l’Anssi a par ailleurs indiqué que l’agence travaillait en particulier en ce moment sur les attaques visant les entreprises de services numériques (ESN), ces grands prestataires auxquels les entreprises sous-traitent une partie de leur informatique. Un groupe de travail a été constitué avec le secteur pour identifier les bonnes pratiques qui permettent d’arriver à « des prestations d’assistance et de maintenance sécurisée» et « poser les bases d’une relation saine entre l’info-gérant et son client», a-t-il expliqué.

Les entreprises doivent faire face depuis quelques mois à des attaques d’extorsion de fonds de plus en plus ciblées et sophistiquées, a-t-il également averti. Ces attaques visent « des grandes entreprises qui sont à un moment particulier, fusion-acquisition, un plan social, un nouveau dirigeant qui peut laisser penser aux attaquants qu’il y a une vigilance réduite». En 2018, une entreprise a perdu 19,2 millions d’euros dans une attaque passant par les e-mails et l’ingénierie sociale, c’est-à-dire un travail de renseignement préalable pour monter une arnaque sophistiquée, a-t-il dit.

Tags

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[INSIDERS] RH: Easyrecrue ouvre un bureau à Dubaï
Roger McNamee, ancien investisseur de Facebook, alerte sur le « côté sombre » du réseau social
Désinformation: Emirats arabes unis, Egypte, Espagne… des milliers de comptes supprimés par Twitter
Les offres d’emploi de la semaine
Face à Amazon et Uber Eats, Wing (Alphabet) débute la livraison par drone
Zuckerberg rencontre Trump, et refuse de vendre Instagram et WhatsApp
Financement de la tech : des engagements trop tardifs ?
Copy link