/ InsidersA la uneActualitéEurope

[INSIDERS] Un entrepreneur en SASU paie plus d’impôts qu’un auto-entrepreneur…

[tabs]

[tab title= « Le chiffre du jour : »]

Un entrepreneur en SASU paie 1,5 fois plus de charges qu’un auto-entrepreneur (1/3)

ilovetaxSi un auto-entrepreneur paie en moyenne 6.325 euros de charges (cotisations sociales, impôts sur le revenu et impôts sur les société confondus), un entrepreneur seul ayant choisi d’exercer son activité avec un statut de SASU (Société par Actions Simpifiées Unipersonnelle) en paiera environ 1,5 fois plus. Les 9.785 euros de charges qu’il devra payer se composent de cotisations sociales à 94%, d’impôts sur le revenu à 5% et d’impôt sur les sociétés pour 1%. C’est ce que nous apprend une simulation de charges sociales et d’impôts réalisée par ILoveTax pour Frenchweb, une start-up lancée en 2014 par Jérémie Voslion, spécialiste en fiscalité et Cédric Bidet, développeur informatique.

Autrement dit, cela veut dire un revenu annuel de 13.000 euros pour l'entrepreneur en SASU ou pour l'auto-entrepreneur. Assez peu, mais que la start-up justifie ainsi: «Nous sommes partis de cas hypothétiques, mais qui sont significatifs par rapport aux demandes de simulations que l'on reçoit, et de ce que nous avons pu constater autour de nous. Nous nous intéressons ici au cas d'une personne qui vient de se lancer dans son projet, et qui se verse une faible rémunération car il perçoit des aides de Pôle Emploi». Dont acte. Espèrons que ses revenus puissent croître sur la durée…

ilovetax-entrepreneur

** Pour réaliser sa simulation, ILoveTax a considéré le profil d’un entrepreneur célibataire, profession libérale, réalisant 25.000 euros de chiffre d’affaires par an. Il se rémunère 13.000 euros net par an, et dépense 2.000 euros en frais divers.

> Retrouvez demain la simulation pour un directeur d’agence web.

[/tab]

[/tabs]

Mariage de FinTech à Londres

paylevenLes FinTech SumUp et payleven ont annoncé leur fusion définitivive. Cette nouvelle entité, qui portera le nom de SumUp, revendique plus d'un milliard d'euros de transactions annuelles dans 15 pays. « L'annonce d'aujourd'hui change la donne de l'industrie du paiement mobile. C'est une nouvelle étape vers la concrétisation de notre vision de créer la première marque internationale d'acceptation de carte», indique Daniel Klein, fondateur de SumUp et CEO du nouveau groupe. Fondée en 2012 par Konstantin Wolff et Rafael Otero, Payleven développe un terminal de paiement connecté à une application mobile pour smartphone permettant aux commerçants d'accepter les encaissements par cartes bancaires. Elle avait levé 10 millions de dollars en février dernier.

Lire aussi: La FinTech Payleven lève 10 millions de dollars pour concurrencer Square et iZettle
 

Ce qu'attendent les Français du numérique pour changer la politique

Palais de l'ElyseA l'heure du numérique, comment changer le système politique français? Peut-on par exemple y mettre véritablement de la participation citoyenne. L'étude «Portrait de la France Numérique» publiée ce mardi par Renaissance Numérique, le think tank de la société numérique tente d'apporter des pistes. L'étude réalisée avec Médiamétrie a été menée auprès de 1 000 internautes âgés de 15 ans et plus, représentatifs de la population internaute résidant en France.

53% des Français attendent en priorité des pouvoirs publics qu’ils développent des services administratifs en ligne (impôts, passeports, etc.), et qu’ils soient plus transparents concernant les budgets administratifs.

Plus surprenant, ils sont à peine plus d’un tiers à souhaiter pouvoir voter par Internet (36%), et à attendre l’ouverture des données publiques (34%).

Selon les auteurs de l’étude, les jeunes (15-34 ans) sont plus sensibles au développement d’outils de participation citoyenne, comme les pétitions en ligne par exemple, et peu intéressés par la transparence des budgets administratifs.

renaissance-numerique-1

On notera que seuls 7% des répondants déclarent avoir participé à des concertations en ligne organisées par des administrations publiques, (à l’image du budget participatif de la ville de Paris par exemple).

29% des répondants n’utilisent pas Internet à des fins politiques (la proportion augmente avec l’âge, avec 32% des plus de 50 ans à déclarer être dans cette situation). 19% des répondants déclarent ne pas être intéressés par les outils politiques en ligne.

LIRE aussi: La présidentielle de 2017 peut-elle être uberisée?, Présidentielle 2017: pour «Uberiser» la politique, la révolte citoyenne doit avancer comme une start-up

 

L'image du jour: la publicité en ligne, un secteur concentré outre-Atlantique

L'IAB, en partenariat avec PwC, publiait ​ce jeudi 21 avril son rapport annuel, «Internet advertising revenue report». Au-delà des indicateurs de performances propres au secteur de la publicité en ligne, le rapport mettait en évidence sa forte concentration aux Etats-Unis: en 2015, 75% des revenus provenaient des 10 plus grandes entreprises. Les 25 plus grandes entreprises générent quant à elles 94% des revenus du marché. Ces proportions restent pratiquement inchangées depuis dix ans. 

iab-3

LIRE aussi: Plus du tiers des revenus publicitaires proviennent du mobile en 2015 aux États-Unis

 

Axelle Lemaire annonce la création de l'Association France E-sport

Axelle LemaireCe mercredi à Bercy, la secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire a annoncé la création d'une instance officielle pour l'e-sport. Intitulée Association France E-sport, elle constitue un premier pas vers la reconnaissance de la discipline.

A terme, cette première structure reconnue officiellement pour représenter l'e-sport a vocation à devenir une véritable fédération, au même titre que les autres sports. En France, 34,6 millions de personnes ont une pratique vidéo-ludique.

Cette nouvelle entité sera notamment chargée de donner un cadre légal aux compétitions de jeux-vidéo dans l'Hexagone. La création de l'Association France E-sport intervient un mois après la remise du Rapport sur le développement de l'e-sport à Axelle Lemaire. Il contenait 11 propositions concrètes pour sécuriser, clarifier et encourager le développement du sport électronique en France. Le chantier juridique est encore long mais le projet de loi pour une République numérique, examiné depuis mardi au Sénat, pourrait rapidement changer la donne. Si le texte de loi est adopté par les parlementaires, un statut de joueur professionnel salarié pourrait voir le jour avec la création d'un CDD dérogatoire.

 

Nomination: Buzzman…

BuzzmanL'agence de publicité Buzzman a annoncé l'arrivée de Julien Doucet et Lilian Moine. Nommés respectivement directeur artistique et concepteur-rédacteur, ils viennent renforcer les équipes dédiées à la création, supervisées par Georges Mohammed-Chérif, CEO et directeur du département créatif. 

Avant d'intégrer l'agence, Julien Doucet et Lilian Moine ont débuté leur carrière chez H (Les Gaulois), où ils réalisaient des campagnes publicitaires Citroën, Transavia ou encore Darty. Ils ont également évolué au sein de Havas Worldwide à New York et de l'agence Jésus. Dans le cadre de leurs nouvelles fonctions chez Buzzman, ils seront notamment en charge des budgets Burger King et Ikea.

[tabs] [tab title= »L’atelier en ligne »]

Venez découvrir le secret qui a fait décoller le e-shop de Lifestyle Labels
Le 28 avril à 11h avec Emarsys

Venez découvrir comment Amandine et Victor ont mis en place la solution de marketing cloud B2C d’Emarsys pour Lifestyle Labels, qui leur permet d’automatiser et de personnaliser leur communications marketing, pour sortir du lot, pour offrir une expérience utilisateur cross canal qui renforce l’image de Lifestyle Labels, et pour dynamiser leurs ventes.

Inscrivez-vous!

[/tab][/tabs]

[tabs] [tab title= »L’événement »]

ACSEL’R Awards 2016: « Peut-on disrupter le chômage ? »
Le 02 mai​

Six Prix seront décernés pour récompenser les initiatives qui accélèrent la transformation digitale, créent de l'emploi et ré-enchantent le travail.

La cérémonie des ACSEL du numérique, événement de référence des décideurs du digital en France, devient ACSEL’R, avec un R pour Réinventons le monde, un R pour Rupture de la pensée, un R pour Révolution des modes d’action.

Chaque année, ACSEL’R rassemble ainsi la communauté des décideurs du numérique pour débattre d’un grand enjeu de notre économie et de notre société et récompenser les initiatives qui accélèrent la transformation digitale.

Pour en savoir plus.

[/tab][/tabs]

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This