Actualité

International, mode, luxe et design…. Les nouveaux champs d’action de Ionis group

18 000 étudiants, 60 établissements, 2 000 collaborateurs, 250 partenariats à l’international et 150M € de CA… Pour ses 10 ans d’existence Ionis group, qui chapeaute notamment les écoles Epitech et SUP’Internet, n’a pas lésiné sur les chiffres. Lors d’une conférence de presse, tenue ce matin à l’Hôtel du Louvre, le groupe a également profité de cet anniversaire pour lever le voile sur une série d’annonces ambitieuses.


 ionis-group

Développement à l’international, implication sociale, soutien de l’innovation et croissance externe : voilà les quatre axes autour desquels, le groupe compte articuler son développement.

« Epitech est notre fer de lance pour notre implantation à l’étranger » a déclaré Fabrice Bardech, vice-président exécutif de Ionis Group. Partant de ce constat, une école Epitech devrait ouvrir ses portes dès la rentrée prochaine au coeur du campus de Pékin. Cette nouvelle entité accueillera en priorité les étudiants chinois. Dans l’attente de l’accord des autorités chinoises, ce projet devrait officiellement être annoncé dans les semaines à venir.

« Trois autres projets d’implantation pour Epitech sont également en cours » a précisé Fabrice Bardeche. L’école devrait donc trouver un nouveau pied à terre sur la côte ouest des Etats-Unis, en Angleterre et en Espagne. Ces entités pourraient voir le jour au cours de l’année 2014.Des ambitions internationales, concernant ESME Sudria, Epita et SUP’internet sont également en cours d’étude.

« Notre stratégie n’est pas d’investir dans l’immobilier mais de sous-louer des murs, de l’espace et des moyens. Cela nous assure un développement beaucoup plus rapide » a précisé l’équipe directrice du groupe.

Autre plan d’action : la mise en place courant 2014 d’un campus numérique et créatif dans le quartier Marais/Bastille. Cet espace de 10 000 mètres carrés regroupera les écoles SUP’Internet, ISEG et e-artsup. « Au-delà de la proximité, l’objectif est de créer un effet de synergie autour d’un incubateur » précise Marc Drillech.

ionis-group

Toujours dans une optique de croissance, Ionis group compte développer son offre actuelle en marchant sur de nouveaux terrains dont le luxe, la mode et le design « parce qu’il s’agit de secteurs d’envergure internationale à fort potentiel où nous voulons nous positionner », explique Marc Drillech. Pour l’heure, aucun calendrier n’a été communiqué. Si Ionis Group assure agir rapidement, aucune conférence de presse ne devrait toutefois être organisée en mars !

Enfin, dans une logique d’implication sociale, Ionis group a annoncé la mise en place d’un nouveau dispositif reposant sur la donation. L’école ETNA, initialement ouverte à partir de Bac+2 deviendra une école sur 5 années avec l’ouverture d’une prep’ETNA. Gratuite, celle-ci sera principalement dédiée aux élèves boursiers après sélection sur dossier et entretien. « Nous voulons rompre avec le système : je paye, j’étudie puis je travaille ». L’idée serait donc que les élèves sélectionnés signent un engagement moral, sans contrainte juridique, qui les incite à participer, par le biais de dons, à la pérennité de ce système pour que les générations suivantes puissent également en bénéficier.

« Il s’agit d’un prototype » explique Marc Sellam, fondateur et PDG du groupe. Cette initiative doit donc faire ses preuves avant d’être étendue à d’autres écoles. Aujourd’hui 90% du CA de Ionis Group provient des frais d’inscriptions. Le modèle pourrait donc être amené à évoluer au cours des prochaines années.

Tags
atelier-platform

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This