ActualitéDesignEuropeServicesTech

[Interview] « Le FreePhone est un moyen de se différencier, mais il n’est pas le seul »

Free est passé maître dans l’art de faire parler de lui, en soufflant une simple rumeur. Dernière en date il y huit jours, celle de commercialiser un téléphone sous sa marque en 2015. A noter que les opérateurs SFR, Orange ou Bouygues Telecom s’appuient déjà sur des modèles de mobiles qu’ils rachètent en marque blanche. L’occasion de faire le point sur la stratégie et le positionnement de l’opérateur Free avec Etienne Costes, partner et spécialiste du secteur média et télécommunication au cabinet Ernst&Young.

Frenchweb : La rumeur d’un téléphone de marque Free est-elle crédible ?

Capture d’écran 2015-02-12 à 15.15.49
Etienne Costes, partner EY.

Etienne Costes: Personne ne sait ce que Free fera sur le sujet d’un nouveau téléphone et l’opérateur nous a habitué à surprendre ses clients et concurrents. Cela fait évidemment du sens de maîtriser certaines caractéristiques du terminal : vous pouvez développer votre propre modèle d’intégration, les applications à télécharger, et l’expérience client. Mais aujourd’hui, rares sont les opérateurs de la téléphonie qui ont réussi à lancer leurs propres terminaux. Même Google a eu du mal à imposer son modèle Nexus.

Free est-il incapable d’innover sur le hardware ?

Free a été très innovant d’un point de vue tarifaire. Mais aussi d’un point de vue des services avec sa Box. L’opérateur a montré qu’il avait une maîtrise parfaite du sujet. Sur le mobile, Free a apporté une vraie rupture tarifaire (avec le lancement de ses forfaits en 2011 ndlr), la maîtrise du terminal mobile lui permettrait d’innover sur les services et l’expérience client.

Si l’hypothèse du FreePhone fait long feu, quelle autre innovation peut-on envisager ?

Depuis les années 2000 il y a un vrai sujet sur le broadband, ou comment améliorer l’expérience de l’utilisateur entre le réseau mobile et celui de la box wifi. Je crois que Free peut innover sur une meilleure intégration du mobile et de la box. C’est ce que l’on appelle « la convergence » sur l’ensemble des services proposés. Il y a encore beaucoup à faire sur comment, depuis mon mobile, j’interragis avec ma box. Jusqu’ici ce sont surtout les éditeurs d’applications et de sites tels Deezer ou Spotify qui sont parvenus à construire ces expériences multi-devices. Free peut assurément innover là-dessus. D’autant qu’un des enjeux de l’opérateur est d’optimiser ses coûts réseau : plus il arrive à faire de la voix et de la data sur les Box, mieux il se porte. C’est le « handover » ; tout ce qui se passe depuis le réseau cellulaire vers le wifi du domicile du client.

Peut-on attendre de nouvelles innovations tarifaires de Free en 2015 ?

Si c’est sur un FreePhone, il ne faut pas s’attendre à un téléphone bas de gamme, quand on voit le succès de l’iPhone 6, le mobile le plus cher du marché. La box Free n’est d’ailleurs pas une box low cost. La force de Free est de gagner de l’argent sur Internet. L’objectif ne sera pas de gagner massivement de l’argent sur le terminalDe plus, tout dépend du modèle économique avec lequel il le vend ; subventionné ou non. Mais surtout, Free va avoir un besoin de se différentier. Le téléphone est un des leviers, mais il n’est pas le seul.

 

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This