ActualitéBusinessMarketing & Communication

Jean-Baptiste Rudelle quitte sa place au conseil d’administration de Criteo

AFP

Jean-Baptiste Rudelle, co-fondateur du spécialiste français du ciblage publicitaire Criteo, a quitté sa place au conseil d’administration du groupe, a indiqué ce dernier lundi dans un communiqué, ce qui constitue une nouvelle marque d’éloignement depuis l’annonce de l’abandon de ses fonctions exécutives à l’automne 2019.

M. Rudelle « a quitté le conseil d’administration de Criteo le 27 août » et l’actuelle présidente exécutive Megan Clarken, arrivée en tant que directrice générale en fin d’année dernière, y a fait son entrée le même jour, selon la même source. « JB (Jean-Baptiste) avait fondé Criteo il y a 15 ans et tout le conseil lui est reconnaissant pour son engagement sans faille », a déclaré la présidente du conseil d’administration Rachel Picard, qui l’avait remplacé dans cette fonction en juillet.

M. Rudelle était revenu en mai 2018 aux manettes du groupe, lorsque le modèle des intermédiaires publicitaires s’était vu menacé par une nouvelle législation européenne et la mise en place de fonctionnalités plus protectrices des données personnelles. Le groupe, coté à Wall Street, subit également cette année l’impact du coronavirus sur le secteur publicitaire, avec un bénéfice net en recul de 29% au premier semestre.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Jean-Baptiste Rudelle quitte sa place au conseil d’administration de Criteo
Publicité en ligne : Google repousse son abandon des cookies jusqu’en 2023
[Événement] Asia Loopers Inde: comment développer son entreprise sur ce marché de 1,3 milliard de consommateurs
Le Tribunal de commerce de Paris se saisit de la plainte de France Digitale visant Apple
Alain Weill quitte ses fonctions de PDG d’Altice France et de SFR
Retail: les startups françaises ont déjà levé plus d’un milliard d’euros en 2021
Open banking: Visa rachète la FinTech suédoise Tink pour 1,8 milliard d’euros