A la uneFrenchWeb TV

Jean-Louis Bénard (Brainsonic): « Le fondateur d’OVH est pour moi LA référence de l’entrepreneur français »

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Depuis l’obtention de son diplôme de l’Ecole Centrale de Paris en 1994, Jean-Louis Bénard a toujours été entrepreneur. Il a fondé une première société baptisée F.R.A, revendue à Digitas, puis une seconde en 2003, Brainsonic, agence de content marketing centrée sur la production vidéo. En 2014, il a également cofondé la start-up de conception d’objets connectés innovants pour le grand public Novathings. Cet entrepreneur parisien consacre la plupart de son temps à Brainsonic, dont il est le CEO. 

Au fil de ce parcours, il s’est forgé une certaine expérience du management, qu’il détaille dans cette interview, tournée à l’été 2014. Il privilégie un management par projet, par centres de compétences et aime à adopter une culture du consensus lors de la prise de décisions importantes. Lui se sent attiré par ceux qui veulent construire dans la durée. Son modèle ? Le fondateur d’e l’hébergeur nordiste OVH, Octave Klaba, pour sa capacité à avoir fait grandir son entreprise à l’international sans jamais « jouer les gros bras ».


Jean-Louis Bénard fait partie des entrepreneurs français qu’a rencontré l’équipe de FrenchWeb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs. Cette interview a été tournée à l’été 2014.

We Love Entrepreneurs est disponible en streaming gratuitement sur Dailymotion. We Love Entrepreneurs c’est aussi un magazine en ligne consacré à la nouvelle génération d’entrepreneurs.

Voir aussi :

>> Richard Ollier (Giroptic): « L’entrepreneur est là pour prendre des coups et continuer à sourire »

>> [We Love Entrepreneurs] Catherine Barba: «J’ai répondu à l’angoisse par l’action»

Un commentaire

  1. « pour sa capacité à avoir fait grandir son entreprise à l’international sans jamais « jouer les gros bras »
    C’est vrai que c’est plutôt rare en France où beaucoup préfèrent jouer les matamores devant les journalistes et se ramasser lamentablement deux ans plus tard.

Bouton retour en haut de la page