Actualité

Jugé à Paris, le créateur d’eMule Paradise risque 3 ans de prison

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

eMule Paradise aura été la porte d’entrée vers les premiers téléchargements illégaux en «peer-to-peer» pour de nombreux internautes. Son créateur, Vincent Valade, risque aujourd’hui trois ans de prison et 300 000 euros d’amende selon son avocat. Son procès s’est ouvert ce lundi à Paris.

Il avait permis la mise à disposition de milliers de fichiers contenant des séries et des films entre 2005 et 2006 et se retrouve attaqué par les professionnels du cinéma (producteurs et distributeurs) qui détenait les droits sur ces productions. Leurs avocats exigent aujourd’hui un total de 8 millions d’euros pour leurs clients.

« Je ne faisais qu’informer, je suis juste un relayeur »

Lundi, à la barre, Vincent Valade s’est défendu en insistant sur le fait qu’il avait répertorié et non stocké des fichiers, « je ne faisais qu’informer, je suis juste un relayeur » a-t-il fait valoir. A ses côtés, 5 autres prévenus (dont la régie publicitaire Net Avenir) sont également jugés en ce début de semaine. Au milieu des années 2000, eMule Paradise était un acteur majeur du téléchargement illégal en France, il attirait jusqu’à 300 000 visiteurs uniques par jours et été utilisé par des millions d’internautes. Des films aussi populaires que Les Choristes et le deuxième volet de Pirates des Caraïbes étaient accessibles à tous les membres du réseau P2P.

Outre cette procédure au pénal, le fisc réclame entre 400 000 et 500 000 euros à Vincent Vallade pour lui avoir dissimulé 180 000 euros de recettes publicitaires en ouvrant des comptes à Chypre et Belize. La décision des juges sur le plan pénal devrait être rendue mercredi au plus tard.

Bouton retour en haut de la page
Jugé à Paris, le créateur d’eMule Paradise risque 3 ans de prison
Deezer s’écroule pour ses premiers pas à la Bourse de Paris, dans un contexte « difficile »
FinTech : les levées de fonds ralentissent au premier semestre
Le député MoDem Jean-Noël Barrot nommé ministre délégué au Numérique
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
[Nominations] Capgemini, Teads, Linxo… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre de la startup WeLinQ

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media