A la uneActualitéActualité Start Me UpEuropeStart Me Up

Kactus lève 1,5 million d’euros pour virer vers l’événementiel B2B

Kactus, un service de réservation des événements d'entreprise, annonce avoir réalisé une première levée de fonds de 1,5 million d'euros auprès du F3A et d’une dizaine de business angels, dont Xavier Niel et Jacques-Antoine Granjon.

Lancé en 2015 sous la marque Event Corner, le site proposait initialement de trouver et comparer les prix des salles de mariage pour la cible des futurs mariés. Elle s'est progressivement réorientée vers l'offre B2B. En mai 2016, les deux fondateurs ont décidé de se repositionner entièrement autour des besoins des entreprises en matière d'événementiel.

Kactus édite aujourd'hui une plateforme pour gérer l'organisation et la réservation des réunions, séminaires, soirées, ou conférences. «Les entreprises européennes dépensent plus de 90 milliards d’euros en séminaires et événements d’entreprises», estime la société parisienne. Elle revendique plus de 300 clients, tels que L’Oréal, Total, Google ou Blablacar.

Sur ce marché se trouvent de nouveaux acteurs, à l'image de Snapevent ou encore MyLodgEvent.com.

Fondateurs : Anne-Sara Budowniczy et Thomas Cottin

Siège : Paris

Date de création : 2015 (Event Corner)

Effectifs : > 15 salariés

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Kactus lève 1,5 million d’euros pour virer vers l’événementiel B2B
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse