ActualitéParisRetail & eCommerce

La Mairie de Paris s’inquiète des conséquences d’Amazon Prime Now pour les commerçants

La Mairie de Paris s'inquiète de l'arrivée de Prime Now, le service de livraison rapide lancé récemment par Amazon. La Ville a fait part de ses réserves quant aux répercussions d'une telle offre sur les commerçants parisiens et regrette par ailleurs le manque de concertation avec les autorités. « Cette opération est susceptible de déstabiliser gravement les équilibres commerciaux parisiens, cette grande entreprise américaine n’a jugé bon de solliciter la Ville de Paris que quelques jours avant son lancement », souligne-t-on dans un communiqué.

Réservé aux membres d'Amazon Premium qui souscrivent à un abonnement annuel, Prime Now permet aux clients du géant américain de l'e-commerce de se faire livrer gratuitement des produits dans un délai inférieur à deux heures, voire une heure dans certaines conditions. Présenté la semaine dernière en France, le service est disponible dans la capitale et une vingtaine de villes à proximité. Prime Now propose un catalogue de plus de 18 000 références disponibles à la commande, y compris des produits alimentaires (légumes, produits laitiers, surgelés…). D'ailleurs, certains biens ne peuvent être achetés que depuis une application mobile spécialement créée pour l'occasion.

Un centre logistique à Paris

Pour parvenir à livrer plus rapidement que pour son offre classique, Prime Now s'appuie sur un centre de distribution de 4 000 mètres carrés situé à Paris. Une plateforme nettement plus petite que celles dont dispose Amazon dans l'Hexagone, mais qui est située à proximité afin de réduire les trajets et donc les délais de livraison. Une logistique qui semble ne pas ravir la Mairie « à l’heure où Paris multiplie les actions volontaristes pour diminuer la place des véhicules polluants ».

Après avoir émis publiquement ses craintes, quelle sera la prochaine étape pour la Ville dirigée par Anne Hidalgo ? La mairie déclare qu' « elle portera aussi auprès du législateur la nécessité de définir, par la loi, des garde-fous en mesure d’éviter que de tels services ne viennent à constituer une concurrence déloyale à l’égard des commerçants et des artisans ». Outre-Paris, Prime Now est disponible aux Etats-Unis dans plus d'une dizaine de villes. En Europe, le service a également été lancé en Italie et au Royaume-Uni.

Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Qu’elle ne s’inquiète pas, avec sa politique anti voitures, ça fait des années que je ne fais plus mes amplettes à Paris. Pour y avoir habité un bout de temps, j’ai connu les grands boulevars extérieurs (Ornano, …) avec plein des boutiques d’électromenager, vettements, … Aujourd’hui, tout est fermé, seuls persistent les coiffeurs et les épiceries.
    Hé oui, on ne rentre pas en transport en commun avec une batterie de cuisine, un robot ménager ou une machine à laver.
    Maintenant, j’habite en grande couronne, en pleine nature, loin de tout transport en commun, et je ne monte quasiment plus à Paris; les gens font la gueule tout le temps, c’est hyper cher, ça pue on ne peut pas stationner, et y’a moins de choix qu’en banlieu. Paris, c’est un dortoir à touristes.
    Pour le shopping, Londres ou plus proche, les centres commerciaux modernes tels que One Nation Paris basé en dehors de Paris. (Et quand on sait ce qu’on veut: eBay et Amazone).

La Mairie de Paris s’inquiète des conséquences d’Amazon Prime Now pour les commerçants
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Malgré son éviction par Apple et Google, Fortnite génère toujours plus de revenus
[DECODE Brésil] La FinTech et l’e-commerce défient la pandémie en Amérique latine
Gate Watcher : « Chaque pays européen souhaite avoir son industrie de la cybersécurité »
Comment Welcome at Work! a vu les besoins en animation des bureaux changer avec la crise
Gleamer
MedTech: Gleamer boucle un tour de table de 7,5 millions d’euros mené par XAnge
Share via
Copy link